RMC

"On doit laisser 25-30% de la vendange sur pied. C'est un crève-coeur": des vendanges frustrantes débutent en Champagne

Alors que le temps n'est pas à la fête durant la pandémie, les grandes marques de champagne et vignerons ont trouvé un accord pour récolter moins de raisins afin de ne pas vendre à perte alors que la consommation mondiale chute.

Des récoltes d'une qualité exceptionnelle, mais un goût amer dans la bouche des producteurs. Les vendanges sont en train de débuter pour les grappes de raisin qui serviront à produire le champagne. Les 16.000 viticulteurs de la région ont commencé à récolter où vont commencer dans les prochains jours.

Mais c'est un énorme crève-coeur cette année: toute la production ne sera pas récoltée. En cause: une baisse de la demande mondiale en Champagne. Au premier semestre les grandes marques de Champagne ont vu leurs ventes chuter de 30%. Il faut dire que cette boisson est associée souvent à la fête et que ce n'est pas l'état d'esprit général en raison de la pandémie de Covid-19.

Alors pour éviter d'avoir trop de stocks difficiles à écouler, et de devoir vendre à perte, les professionnels du secteur ont décidé de limiter la production. Concrètement, les viticulteurs de champagne vont laisser pourrir une partie de leurs raisins sur les vignes. Ils ne pourront commercialiser que 8.000 kg de raisins par hectare. Un mal nécessaire pour maintenir l'image de marque du champagne pour les viticulteurs.

Restaurants, boîtes de nuits et hôtels de luxe ne se fournissent plus

A une semaine du début de sa récolte, ultimes contrôles pour David Faivre dans ses vignes. Il confirme que cru sera très bon car la météo a été favorable et que les grains de raisins s'adaptent au changement climatique. "Il n'y a plus de teintes rosées ou vertes, c'est sucré et il y a beaucoup de goût", savoure-t-il.

Grâce à ses 5 hectares et demi, David Faivre produit en temps normal 40.000 bouteilles par an. Mais cette année, il ne pourra pas tout vendre. La consommation est en chute libre, -30% au premier semestre. Restaurants, boîtes de nuits et hôtels de luxe ne se fournissent plus. Alors plutôt que de faire gonfler ses stocks ou de brader son champagne, il ne récoltera pas tout.

"C'est frustrant, car le travail, qu'on soit en situation de Covid-19 ou non, on l'a fait, comme d'habitude. Il y a un truc qu'on ne maîtrise pas c'est la situation économique et les ventes de bouteilles qu'il y a en moins c'est sûr."

"On va laisser entre 25 et 30% de la vendange sur pied. C'est un crève-coeur"

Limiter le rendement à maximum 8.000 kg de raisin par hectare, c'est une obligation qui s'applique à tous et c'est le résultat d'un accord entre les grandes marques de Champagne et le syndicat général des vignerons. Un mal nécessaire pour son président, Maxime Toubart.

"On va laisser entre 25 et 30% de la vendange sur pied. C'est un crève-coeur. Cette crise est extrêmement violente et forcément il faut adapter la voilure. On ne tient pas compte uniquement de ce que la nature nous donne, mais aussi des quantités réelles de bouteilles vendues."

Cette année seulement 200 millions de bouteilles seront vendues, contre près de 300 millions en 2019. 

Cyprien Pézeril avec J.A.