RMC

"On marche sur des oeufs": pourquoi le déconfinement provoque une cacophonie au sein du gouvernement

Le gouvernement tente d'organiser l'assouplissement du confinement en tentant de trouver la balance entre vie sanitaire et économique.

Faut-il se lancer dans les réservations pour les vacances de Noël? Les Français sont encore le flou, et les messages du gouvernement soufflent le chaud et le froid.

Alors que mardi, le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari annonçait sur RMC que 100% des trains seraient disponibles après le 15 décembre et invitait les Français à faire leur réservation dès maintenant, mercredi le secrétaire d'Etat au Tourisme, Jean-Baptiste Lemoyne, s'est montré plus prudent.

Ce Noël ne sera pas comme les autres rappelle Jean-Baptiste Lemoyne, qui demande aux Français d'attendre encore "quelques jours" avant la prise de parole d'Emmanuel Macron la semaine prochaine.

Jean-Baptiste Lemoyne appelle à être patient

Une allocution pour connaître les modalités du déconfinement et donc si l'on pourra partir en vacances, ou non. Le gouvernement est sur une ligne de crête entre optimisme et prudence. "On marche sur des oeufs", glisse une proche du secrétaire d'Etat au tourisme.

Le gouvernement veut entretenir l'espoir de vacances les plus normales possibles, mais difficile d'ouvrir totalement les vannes. L'épisode des vacances de la Toussaint a aussi refroidi du côté de l'exécutif. En octobre, Jean-Baptiste Lemoyne avait appelé à réserver, quelques jours avant qu'Emmanuel Macron annonce le reconfinement.

Alors pour ces vacances de Noël, Jean-Baptiste Lemoyne appelle à être patient, et à attendre les annonces d'Emmanuel Macron, quitte à faire des réservations de dernière minute.

Mais si le chef de l'Etat annonce un déconfinement assez souple pour partir à Noël, il faudra être prêt, explique le secrétariat d'Etat au Tourisme. Alors en coulisses on pousse les professionnels du secteur à se préparer pour accueillir des vacanciers.

Le ministre délégué aux Transports a lui annoncé que 100% des trains seraient disponibles à partir de la mi-décembre. Avec la possibilité de tout annuler, si les conditions sanitaires ne sont pas remplies. 

Romain Cluzel (avec J.A.)