RMC

"On va devoir se priver de quelque chose dans notre budget": les masques doivent-il être remboursés?

Certaines voix s’élèvent pour réclamer la gratuité des protections pour des raisons de santé publique.

Le masque obligatoire dans les lieux publics clos, mais l’achat de cet accessoire indispensable pour se préserver des contaminations pèse sur les budgets des foyers les plus modestes. Il peut représenter plus de 200 euros par mois pour une famille de quatre personnes, selon les calculs réalisés lundi par le Parisien jusqu'à 228 euros par mois.

Certaines voix s’élèvent pour réclamer la gratuité de ces protections pour des raisons de santé publique. Masque sur le visage et gel hydroalcolique sur les mains, Dounia s’apprête à faire ses courses seule. Cette mère de famille de deux enfants, avoue économiser son stock de masques pour tenter de préserver son porte-monnaie.

"Là, je ne sors pas beaucoup, je ne sors que pour le nécessaire. Je suis en congé parental, mon mari est au Smic, donc je trouve que c’est un gros budget pour nous, ça coûte une fortune. A la fin du mois, on se retrouve avec au minimum dans les 120 euros, 130 euros juste pour des masques"

"Je serai obligé d’enlever quelque chose sur mon budget, on va se priver"

Une situation difficile aussi pour Yacine, qui dit ne pas avoir les moyens de changer de protection toutes les quatre heures. Actuellement au chômage, ce père de famille sait qu’il va devoir se serrer la ceinture.

"On est à découvert, on ne sait même pas comment on va vivre jusqu’à la fin du mois, en plus c’est une obligation d’acheter des masques, c’est pas normal. Pour l’instant, je suis obligé de les acheter, je n’ai pas le choix, mais je serai obligé d’enlever quelque chose sur mon budget, on va se priver, on se prive, on a l’habitude de se priver"

"A partir du moment où c’est obligatoire il faut que ce soit pris en charge par la collectivité"

Ces foyers fragiles risquent d’être plus exposés aux amendes. C’est du moins ce que craint Raphaël Debû, secrétaire départemental du Parti communiste dans le Rhône Il réclame donc la gratuité des masques pour tous.

"Pour une famille en moyenne, c’est trente à cinquante euros par personne et par mois. A partir du moment où c’est obligatoire, et à partir du moment où c’est une mesure sanitaire, il faut que ce soit pris en charge par la collectivité."

Pour l’heure, l’Etat, justement, a prévu de distribuer cette semaine des masques en tissu aux personnes les plus précaires.

Elodie Sallé (avec J.A.)