RMC

"On veut faire un million de tests par semaine sans savoir pourquoi et sans moyen", déplore l'épidémiologiste Martin Blachier

Si le masque dans les lieux clos a permis de bien contrôler l'épidémie, la stratégie de tests massifs est en train de montrer ses limites, estime l'épidémiologiste sur RMC.

L'épidémie de Covid-19 continue de sévir en France tandis que la stratégie du gouvernement, basée sur les tests massifs, connaît un coup d'arrêt. Les laboratoires sont proches de la pénurie de réactifs, la queue devant les centres de dépistage s'allonge et les résultats se font parfois attendre plus d'une semaine.

"On veut faire un million de tests par semaine sans savoir pourquoi et sans moyen alors qu'il y a 95% de tests négatifs", déplore ce jeudi sur RMC Martin Blachier, médecin de santé publique et épidémiologiste. Le praticien déplore la stratégie des tests de masse qui occasionnent des embouteillages dans les laboratoires et empêchent de tester efficacement.

"Le taux de positivité a monté mais il est en train de se stabiliser"

"Il faudrait tester les gens qui en ont vraiment besoin et ne rembourser le test qu’à ces personnes. Les gens qui en ont besoin ce sont ceux qui ont des symptômes ou qui sont cas contacts, pas ceux qui veulent partir en vacances ou qui ont croisé quelqu’un dans le métro qui n’avait pas de masque. En Allemagne, les tests ne sont remboursés que pour les cas contact et les symptomatiques", plaide Martin Blachier.

L'épidémiologiste se félicite cependant du contrôle de la reprise de l'épidémie: "Le taux de positivité a monté mais il est en train de se stabiliser. On va avoir cependant une vague d'hospitalisation qui va arriver mais ça a été géré correctement", explique-t-il, estimant la décision du port du masque en entreprise et dans les lieux clos comme essentielle dans la lutte contre l'épidémie.

Guillaume Dussourt