RMC

Partir à Barcelone malgré le "confinement", c'est légal, et cet étudiant assume

TÉMOIGNAGE RMC - Nous avons croisé Nathan, qui a échappé au confinement vendredi dernier pour partir à Barcelone en toute légalité.

Sortir de sa région, c'est non. Mais aller dans un autre pays d'Europe, pas de problème. Voilà la réalité un peu bizarre des 16 départements confinés depuis le week-end dernier. Les annonces du gouvernement jeudi dernier n'ont pas modifié les règles de déplacements vers les autres pays d'Europe.

Il suffit toujours d'un test PCR négatif pour aller dans les pays de l'Union européenne ainsi que l'Andorre, l'Islande, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, San Marin et la Suisse.

C'est également le seul document demandé pour aller en Australie, au Japon, en Corée du Sud, en Israël, en Nouvelle Zélande, au Royaume Uni et à Singapour. Le gouvernement avait assoupli les règles de voyages en provenance et vers ces pays le 11 mars.

De plus, le billet d'avion sert de justificatif pour vous éloigner de chez vous, aller au-delà des 10 kilomètres autorisés.

"On peut encore aller dans les bars, dans les restaurants"

Dans les faits, il y a quand même moins de voyageurs depuis jeudi nous ont dit plusieurs hôtesses d'accueil devant les portes d'embarquement. Ce qui donne donc une situation ubuesque, dont profitent certains Français pour partir en toute légalité.

Comme cet étudiant que nous avons rencontré après quatre jours sous le soleil de Barcelone. Quelques coups de soleil sur le visage à la descente de l'avion. Des vacances complétement assumées par Nathan, un étudiant de 21 ans.

"On peut encore aller dans les bars, dans les restaurants. Profiter de la plage avec une pizza jusqu'à 22 heures, clairement ça fait des bonnes vacances de quatre jours "

Pendant que les autres habitants d’Ile-de-France ne pouvaient pas s’éloigner à plus de 10 kilomètres de chez eux. Nathan, lui, n'a même pas eu à présenter un motif impérieux de déplacement.

"J'ai eu aucun contrôle, ils ne m'ont pas demandé la raison. Je n'ai rien eu à justifier. Je pensais qu'il fallait justifier. Ils ne m'ont même pas vérifié le test PCR"

"J'avais contacté Air France pour en savoir un peu plus mais même eux n'étaient pas au courant"

C'est pourtant le seul document obligatoire pour voyager en Europe, selon le site du ministère des Affaires étrangères. Nathan avait du mal du mal à y croire avant de partir.

"Vendredi soir j'avais contacté Air France pour en savoir un peu plus mais même eux n'étaient pas au courant de nouvelles règles ou autre. Ils ne savaient pas s'il fallait avoir un justificatif ou pas. J'en n'avais pas"

Des consignes peut claires. "On a du mal à tout comprendre", souffle un agent de la police aux frontières qui confirme: aucune attestation de motif impérieux n’est actuellement demandé aux quelques voyageurs à destination d’autres pays européens.

Garance Munoz et Martin Bourdin (avec J.A.)