RMC

Pass vaccinal: "Il protège individuellement les non-vaccinés", défend le professeur Teboul

Pour le Professeur Jean-Louis Teboul, chef de service médecine intensive et réanimation à l'hôpital Bicêtre, le pass sanitaire était un "faux filet" et le pass vaccinal doit permettre de protéger les non-vaccinés, alors que le nombre de nouveaux cas quotidiens continue d'exploser.

Le pass vaccinal entre en vigueur ce lundi, alors qu'on recensait en moyenne plus de 360.000 cas par jour sur la dernière semaine. Désormais, pour tous les plus de 16 ans, la seule présentation d'un test négatif ne suffira plus pour se rendre au restaurant, au cinéma, dans les salles de sports ou encore les enceintes sportives. 

"La donne a changé. Auparavant avec Delta, dans des lieux clos et sans masque, comme un café ou un restaurant, vous aviez peu de chances de vous faire contaminer si vous étiez avec des vaccinés parce qu'ils transmettaient peu", rappelle ce lundi sur RMC Jean-Louis Teboul, chef de service médecine intensive et réanimation à l'hôpital Bicêtre. "Avec Omicron, ils l'attrapent plus donc le transmettent plus. Avec un rappel, on est protégé à 58% d'une infection par Omicron contre 93% par Delta", ajoute le praticien.

Des données qui valident selon lui la mise en place du pass vaccinal: "Le pass vaccinal protège individuellement les non-vaccinés. Cela protège la société et l'hôpital", assure Jean-Louis Teboul. "Le pass vaccinal vient tard, mais il n'est jamais trop tard pour se faire vacciner. Le pass sanitaire était "sans filet", un non-vacciné allait sans filet, sans gilet pare-balles dans des lieux de contamination", assure-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Le pass vaccinal entre en vigueur ce lundi: ce qui change

"L'épidémie n'est pas terminée, on est toujours en phase ascendante"

Et malgré l'optimisme de l'OMS, l'épidémie n'est pas finie: "Avec Omicron, les formes sont aussi graves: on a 25-30% de "risques" de décès quand on arrive en réanimation. C'est le même taux qu'avec Delta. L'épidémie n'est pas terminée, on est toujours en phase ascendante", rappelle Jean-Louis Teboul alors que le variant Omicron semble bien plus transmissible mais moins dangereux.

Pourtant, malgré l'augmentation du nombre de nouveaux cas quotidiens, le médecin juge que la levée des restrictions annoncée par le Premier ministre Jean Castex, n'est pas précoce: "Le calendrier qui a été donné est raisonnable", estime Jean-Louis Teboul. Dès le 2 février, les jauges doivent être supprimées dans les salles de spectacles, les stades et les cinémas, tandis que le caractère obligatoire du port du masque dans la rue doit être levé. Les discothèques, elles, doivent rouvrir le 16 février.

Des réouvertures conditionnées désormais à la possession d'un pass vaccinal. Pour que le pass soit valide, une dose de rappel quatre mois après avoir reçu la deuxième injection sera nécessaire dès le 15 février. Les contrevenants s'exposent à 1000 euros d’amende en cas de prêt d'un pass ou de détention de celui d’un tiers. Les détenteurs de faux s'exposent eux à trois ans de prison et 45.000 euros d’amende.

>> A LIRE AUSSI - "A cause du pass vaccinal, lundi, je perds mon travail": Patrick, non-vacciné, refuse de céder

Guillaume Dussourt