RMC

Plages: comment les maires s'organisent pour faire respecter le protocole sanitaire

RMC
Si vous souhaitez profiter de la plage pendant le long week-end de l'Ascension, pensez à ne pas rester statique et à respecter les directives des mairies.

A la veille de ce long week-end, le maire des Les Sables-d'Olonne en Vendée est inquiet. Yannick Moreau a bien constaté ces derniers jours que les règles sanitaires étaient compliquées à faire respecter sur les plages:

"La proximité du bord de mer fait parfois baisser la garde. Les horaires, le port du masque obligatoire, ce ne sont pas forcément des contraintes que l’on veut vivre lorsque l’on vient sur son lieu de vacances".

Un maire qui à crève-cœur, va devoir fermer ses plages ce week-end. Fermetures à certains horaires, parce que les marées vont réduire l'espace, avec un risque de promiscuité qu'il ne veut pas prendre: "Cela va être un test. Deux heures et demie avant la marée haute, à l’appel d’un signal sonore, nous demanderons aux plagistes de quitter la plage".

135 euros d'amende pour une serviette

Alors de nombreuses mairies n'iront pas si loin. Cependant, l'heure est à la sévérité pour l'édile de Saint-Malo, Claude Renoult:

"On a fait de la pédagogie les semaines précédentes. Il y a quand même un petit pourcentage de gens qui n’ont pas respecté le jeu. Je ne veux pas laisser passer ça car petit à petit les gens oublient que l’on sort d’une crise. Je vais passer à la vitesse supérieure en verbalisant", clame l’élu.

Ce sera le cas dans de nombreuses communes, où les effectifs seront renforcés: deux 4x4 patrouilleront par exemple à Palavas-les-Flots sur la Méditerranée et des brigades équestres feront de même à Lacanau en Gironde. Restez statiques ou posez votre serviette sur la plage, et vous pourriez écoper d'une amende de 135 euros.

Enfin, trois communes du Morbihan ont demandé la fermeture de leurs plages, après avoir constaté des incivilités et le non respect des règles de distanciation, a indiqué mercredi la préfecture, qui s'apprête à prendre des arrêtés en ce sens.

"Ces fermetures qui sont prises en concertation et à la demande des maires sont la conséquence des comportements inacceptables constatés durant le dernier week-end", a précisé la préfecture, évoquant des incivilités, une distanciation sociale ignorée, le non respect des arrêtés municipaux avec "plusieurs groupes statiques", la "dégradation des aménagements mis en place par les municipalités", le "non respect des enjeux environnementaux avec par exemple des chiens en liberté"... 

Thomas Chupin et Benoît Balet (avec Guillaume Dussourt)