RMC

"Pour l’instant, nous n’avons pas de méthode pour assurer la sécurité":la présidente des Bouches-du-Rhône opposée à la réouverture des collèges

La présidente du département des Bouches-du-Rhône craint que les collèges ne soient pas prêt à assurer la sécurité à la fois des professeurs, mais aussi des élèves.

Le 11 mai se rapproche et avec lui les craintes sur la réouvertures des établissements scolaires. Le ministre de l'Education a dévoilé mardi devant la commission des affaires culturelles de l'assemblée l'une des hypothèses de travail du gouvernement. Le retour à l'école devrait être progressif et étalé sur 3 semaines à partir du 11 mai, avec des groupes ne dépassant pas 15 élèves.

Les premiers à faire leur retour à l'école seront les élèves de grandes sections, de CP et de CM2. En deuxième semaine 6ème, 3ème, première et terminale. Puis tous les élèves la troisième semaine.

La sécurité, pas garantie ? 

Mais pour certains, voir retourner les enfants à l’école n’est pas une bonne nouvelle. C’est notamment le cas de Martine Vassal, présidente LR du département des Bouches-du-Rhône. Elle se dit opposé à la réouverture des collèges. 

“Il y a beaucoup de questions qui restent en suspens. Est-ce que nous aurons des tests systématique pour tous les enseignants, les élèves, leurs parents ? Est-ce que le port de masques va-t-être une pratique qui va se faire pour tous ? Est-ce que ce sera un jour sur deux, à mi-temps ? S’il y des classes de 15 élèves, les 15 autres resteront à la maison ? Si on doit rouvrir, il nous faut une méthode, et pour l’instant nous n’avons pas de méthode pour assurer la sécurité de toutes les personnes qui seront dans les établissements scolaires”, indique-t-elle.
Guillaume Descours