RMC

Pour la première fois en France, il y a plus de fumeuses que de fumeurs

A l'occasion du "Mois sans tabac” qui débute le 1er novembre en France, Santé publique France dévoile une nouvelle étude qui démontre que la consommation de tabac recule en France, sauf chez les femmes. Valérie Olié, épidémiologiste, était l'invitée de RMC.

+71%: la mortalité par cancer du poumon a augmenté de 71% chez les femmes entre 2000 et 2014 alors qu'elle a diminué de 15% chez les hommes. "Le cancer du poumon augmente chez les femmes et dépassera bientôt celui du sein" a ainsi expliqué Valérie Olié, épidémiologiste chez Santé publique France sur RMC.

Alors que s'ouvre le Mois sans tabac, l'agence sanitaire Santé publique France alerte sur l'évolution "très préoccupante" du tabagisme féminin, responsable d'un doublement du nombre de décès attribuables au tabac chez les femmes entre 2000 et 2014. Ainsi, si la consommation de tabac recule en France avec un million de fumeurs en moins en 2017, sauf chez les femmes de 45 à 64 ans.

"Pour la première fois en France, il y a plus de fumeuses que de fumeurs" a ainsi détaillé Valérie Olié, épidémiologiste sur RMC, précisant que les femmes, même enceintes, continuent de fumer: "16% des personnes enceintes continuent de fumer au 3ème trimestre".

Les femmes ont commencé vraiment à fumer dans les années 70, pour se rapprocher de la consommation des hommes: 24% des femmes de 15 à 75 ans fumaient en 2017, contre 30% des hommes (60% dans les années 70).

L'émancipation des femmes, les stratégies des industriels du tabac mettant l'accent sur la minceur ou le "glamour" avec des marques comme "Slims", "Vogue", ou "Allure" - interdites depuis - ont contribué à cette forte augmentation, selon l'agence sanitaire.

Conséquence: des maladies considérées comme "masculines" comme le cancer du poumon, la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) et l'infarctus du myocarde grimpent en flèche chez les femmes.

"Les femmes qui ont peur de grossir en arrêtant doivent consulter un tabacologue" a ainsi conseillé l'épidémiologiste face à Jean-Jacques Bourdin. "S'arrêter pendant un mois multiplie les chances par 5 d'un arrêt définitif" a-t-elle insisté.

Avec 12 millions de fumeurs et 200 décès par jour, "soit un crash d'avion" quotidien, le tabac reste une cause majeure de santé publique en France, a rappelé Agnès Buzyn, qui ambitionne de parvenir à "la première génération adulte non fumeur d'ici 2032".

Jean-Jacques Bourdin et Xavier Allain