RMC

Pour palier au risque de pénurie, les industriels se mettent à la production de respirateurs

Le groupe Air Liquide compte produire 1000 respirateurs en avril. Les industriels de l'automobile, PSA, Renault, et Michelin réfléchissent aussi à participer à cet "effort de guerre".

Après la pénurie de gants et de masques, c'est la demande en respirateurs qui pourrait commencer à poser problème en France. Les respirateurs sont indispensables dans les hôpitaux, car ils permettent d'aider les patients les plus graves placés en réanimation.

Utilisés en dernier recours, ils permettent de sauver les malades en détresse respiratoire. Le respirateur permet en effet d'oxygéner et de rouvrir les poumons, et donc d'assurer une respiration artificielle. Face à cette demande croissante et un risque de pénurie, les industriels sont mis à contribution.

Une collaboration entre Michelin, Renault et PSA? 

C'est d'abord le seul producteur français de respirateurs qui a augmenté ses capacités de production. Le groupe Air Liquide a ainsi mis en place des équipes de nuit et de week-end sur ses deux sites d'Île-de-France et du Sud-ouest afin de tripler sa fabrication. Il compte produire 1000 respirateurs de réanimation en avril, ainsi que 600 appareils plus légers utilisables en fin de traitement.

Mais d'autres industriels français réfléchissent aussi à participer à cet effort de guerre notamment dans le secteur automobile. Des collaborations se mettent en place, Renault espère débuter en fin de semaine l'assemblage de 500 respirateurs artificiels sur son Technocentre de Guyancourt, notamment grâce à des joints produits par Michelin et à certaines pièces imprimées en 3D.

PSA réfléchit de son côté à ouvrir un atelier de fabrication de pièces détachées.

Aurélia Manoli avec Guillaume Descours