RMC

Pourquoi certains Ehpad refusent encore les visites malgré l'assouplissement des règles

Certains directeurs d'Ehpad estiment qu'ils n'ont ni le matériel, ni le temps, ni les ressources humaines pour gérer des visites en plus en ce moment.

Premier assouplissement accordé aux aînés depuis le début de la crise sanitaire. Le droit aux visites de leurs proches, dans les établissement d'accueil spécialisé est autorisé depuis lundi comme l'a annoncé le ministre de la Santé Olivier Véran.

Un droit qui se fait à la demande du résident et dans des conditions "extrêmement limitées", avec un simple contact visuel entre un résident d'Ehpad et ses proches.

Un mesure saluée par de nombreux établissements qui voient leur résident parfois mourir seul, où se trouvaient totalement désorienté sans la proximité de leur famille.

"J'ai dit de ne pas venir tant qu'on n'est pas organisés"

Mais, dans certains établissements, ces visites sont refusées par les directions qui estiment que c'est trop dangereux. Quand, Eric Jullian, dirigeant de trois Ehpad dans la Somme a écouté a écouté le ministre de la Santé dimanche dernier, sa réaction a été assez vive. Il se dit "surpris de cette décision précipitée".

Il a donc décidé de laisser fermées les portes de ses établissement. Trop risqué, dit-il. Pourtant il a reçu de nombreux appel de proches de résidents.

"Certains m'ont qu'ils viendraient direct le lundi. J'ai dit de ne pas venir tant qu'on n'est pas organisés, tant qu'on n'a pas le matériel, tant qu'on n'a pas les ressources humaines. Ca a été un crève crève-coeur, mais ils ont compris."

"On ouvre la boîte de Pandore, on va tuer nos personnes âgées en fait !"

Visites interdites chez Eric Jullian, pas assez de matériel, pas assez de protection. Problème également de personnels pour gérer ces visites. C'est aussi ce qu'explique Brigitte Molines, soignante dans plusieurs Ephad du Maine-et-Loire.

"On ouvre la boîte de Pandore, on va tuer nos personnes âgées en fait ! Il faudrait avoir quelqu'un pour les accueillir, aller chercher le résident... C'est pas possible. On n'a pas les effectifs pour ça."

"Si le Covid rentre à l'intérieur ce sera nous les responsables"

Les conditions ne sont donc pas réuni pour ouvrir les portes des Ehpad. Et le directeur Eric Jullian, ne se voit pas prendre cette responsabilité.

"Si le Covid rentre à l'intérieur ce sera nous les responsables. Mon rôle de directeur est de protéger les résidents. C'est très angoissant."

Il souhaite une organisation claire et surtout un véritable avis scientifique, pour permettre à ses résidents de voir leurs proches.

Thomas Chupin (avec J.A.)