RMC

Production de médicaments: faut-il relocaliser en France?

80% de la production est aujourd'hui réalisée en Chine et en Inde et des voix s'élèvent pour inverser cette tendance débutée dans les années 90. Le professeur Jérôme Salomon relaie sur RMC un appel lancé avec 8 autres CHU européens pour une relocalisation de la production.

La crise sanitaire actuelle révèle la dépendance de l'Europe et des Etats-Unis à l'égard de l'Asie dans la fabrication de médicaments. 80% de la production est aujourd'hui réalisée en Chine et en Inde. L'arrêt des usines chinoises a mis en lumière cette dépendance et créé une pression sur nos stocks de médicaments.

Aujourd'hui avec une demande en très forte hausse, la pénurie guette et les hôpitaux font face comme ils peuvent. Plusieurs voix s'élèvent, des pouvoirs publics aux industriels, pour relocaliser une partie de la production en Europe et dans l'hexagone.

Avec la crise du coronavirus, l'opinion a découvert cette forte dépendance à l'égard de la Chine et de l'Inde. Comment expliquer cette délocalisation de la production ?

Une crise qui agit comme un révélateur

C'est dans les années 90 que les pays européens et les Etats Unis ont commencé à délocaliser massivement leur production de médicaments en Asie. Les coûts de main d'oeuvre y sont beaucoup moins élevés, les normes environnementales moins strictes. Si bien qu'aujourd'hui la Chine et l'Inde produisent 80% de nos médicaments.

La crise actuelle agit comme un révélateur et provoque une prise de conscience politique. Le gouvernement français indique aujourd'hui qu'il faut retrouver une souveraineté sanitaire et relocaliser la production en Europe.

Cela va prendre des années, il faudra récréer un tissu industriel car il ne reste qu'une soixantaine de sites de production en France. Certains médicaments essentiels c'est-à-dire vitaux pour les patients pourraient être prioritaires. Cette relocalisation demandera en tout cas une vraie concertation européenne.

"Nous sommes inquiets que ça vienne à manquer"

Les médecins craignent toujours la pénurie. Le professeur Jérôme Salomon, invité de RMC ce vendredi matin, explique que le problème ne date pas de cette crise du coronavirus.

"Nous sommes inquiets. Nous avons une dépendance vis à vis de l'étranger. Il n'est pas étonnant, alors que tous les hôpitaux utilisent les mêmes médicaments pour les mêmes raisons, il n'est pas surprenant que des médicaments notamment pour la réanimation soient en tension, nous sommes inquiets que ça vienne à manquer."

Jérôme Salomon relaie donc un appel lancé avec 8 autres grands CHU européens pour que la puissance publique relocalise la production de médicaments pour avoir la capacité de produire des médicaments de A à Z.

Cyprien Pézeril avec J.A.