RMC

Qui est Pierre-Edouard Fournier, successeur de Didier Raoult à l'IHU de Marseille?

Pierre-Edouard Fournier est un médecin biologiste de renom. Il est depuis mercredi le successeur du professeur Didier Raoult à l'IHU de Marseille. Si les deux hommes sont proches, ils ne partagent pas la même opinion sur tout et notamment sur la désormais fameuse hydroxychloroquine.

Pierre-Edouard Fournier est devenu ce mercredi le successeur de Didier Raoult à la tête de l’IHU Méditerranée Infection de Marseille. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il ne jouit pas de la même notoriété que l’apôtre de l’hydroxychloroquine, devenu héraut des antivax.

Pour autant, Pierre-Edouard Fournier n’a pas usurpé son poste. C’est un médecin biologiste de renom, spécialiste des maladies infectieuses, diplômé de la faculté de médecine de Marseille, responsable des plateformes de séquençage et de la biobanque de l’IHU, membre de l’équipe Vitrome. C’est lui qui surveille les maladies infectieuses des locaux et des voyageurs. C’est lui qui, dès le début de la crise du Covid, dirigeait le laboratoire de tests PCR à Marseille.

Et c’est aussi un proche de Didier Raoult. Ce dernier fut son directeur de thèse en 1999. Il a cosigné des dizaines d’études avec son mentor. Certains syndicats, la CGT notamment, parlent même d’une “mascarade de succession”. D’autant que Didier Raoult s’est empressé de tweeter après l’annonce de cette nomination: “Echec et mat”. Ce qui, vous l’imaginez, a fortement agacé ses adversaires. Mais la vérité oblige à dire que, depuis 2020, Pierre-Edouard Fournier avait pris ses distances. Contrairement à Didier Raoult, il est resté plus que prudent sur l’hydroxychloroquine. Et surtout, il a signé la pétition pour le vaccin. Pas Raoult.

L'IHU, une image écorchée

S’il a été nommé, il était au départ plutôt envisagé une personnalité extérieure à l’IHU et même, pourquoi pas, un grand ponte venu de l’étranger. Un chercheur australien a été approché, Renaud Piarroux aussi, chef de service à La Pitié-Salpêtrière, le professeur Philippe Guérin, enseignant à Oxford…

En réalité, les candidats ne se bousculaient pas tant l’image de l’IHU a été abîmée, en France et à l’étranger. Méthodes de management jugées brutales, arrangements avec l’éthique médicale dans la méthodologie des essais, dénoncés par plusieurs rapports de l’IGAS et de l’Agence nationale de sécurité du médicament. Ce sera d’ailleurs la principale mission du professeur Fournier, redonner à l’IHU toute sa crédibilité en renouant notamment des liens avec l’INSERM et les autres lieux de recherche.

Reste une question, Didier Raoult restera-t-il à l’IHU, avec badge et bureau ? Réponse de Louis Schweitzer, qui était le patron du comité de sélection: "Non, il ne sera plus dans les murs en septembre".

Laurent Neumann