RMC

Qui est Xavier Lemoine, le très catholique maire anti-vaccin de Montfermeil?

LE PORTRAIT DE POINCA - Le maire de Montfermeil a -de nouveau- créé la polémique ce week-end en écrivant un édito très anti-vax.

Xavier Lemoine, le maire de Montfermeil en Seine-Saint-Denis, met en garde ses concitoyens contre la vaccination. Il est souvent présenté comme un homme qui mène des croisades. Et sur le Covid-19 il est effectivement en guerre d'abord contre le masque, contre les confinements, (il avait lancé des appels à la désobéissance), et maintenant contre le vaccin.

Il utilise le journal municipal qui est distribué en ce moment dans toutes les boîtes aux lettres de la ville pour alerter ses administrés : le vaccin n’est pas un vaccin, c’est une thérapie génique. Et il encourage les parents à bien réfléchir avant de faire vacciner leurs adolescents.

La branche “Catho” de l’hétéroclite mouvement anti-vaxx

Cet édito anti-vaxx a fait réagir des médecins et des élus de son département, mais il est bien dans la ligne de son parti. Xavier Lemoine est vice-président du parti chrétien-démocrate (PCD), rebaptisé VIA, la Voie du peuple.

C'est un parti fondé par Christine Boutin, elle-même hostile au vaccin et actuellement présidé par Jean-Frédéric Poisson qui appelle à la résistance contre la vaccination des enfants. C’est la branche “Catho” de l’hétéroclite mouvement anti-vaxx.

Catholique, Xavier Lemoine l’est assurément. Adepte de la messe en latin. Il termine souvent les conseils municipaux en disant, comme à la fin d’une homélie: "Que le ciel soit avec vous".

Anti-bandes de jeunes, peu ouvert à l'immigration, anti-mariage homosexuel

Il est le père de 7 enfants. Six filles et un garçon, qui ont grandi à Montfermeil dans un pavillon au pied de la cité des Bosquets, ou 80% des habitants sont d’origine étrangère.

Xavier Lemoine s’est fait remarquer il y a quelques années par ses arrêtés municipaux contre les bandes de jeunes. Un arrêté interdisait aux jeunes de 15 à 18 ans de se déplacer à plus de trois, de jour comme de nuit. Un autre interdit aux mineurs non-accompagnés de sortir après 20 heures. A chaque fois le tribunal administratif a cassé ces décisions.

Il a aussi tenu des propos polémiques, regrettant qu’on laisse les immigrés “relever la tête”, ou bien déclarant dans un journal israélien à propos des musulmans: “C’est eux ou nous, s’ils gagnent? nous sommes morts.”

Il a enfin longtemps refusé de célébrer des mariages homosexuels arguant d’une objection de conscience.

Voilà le profil de ce “croisé”, sauf qu’il faut ajouter une chose : c’est qu’il est maire depuis 2002, et qu’il a été réélu en 2008, en 2014 et en 2020 a chaque fois au premier tour avec 60% des voix. L’atypique maire de banlieue est populaire chez lui.

>>> A LIRE AUSSI - Comment les autres pays du monde jugent notre pass sanitaire "à la française"?

Nicolas Poincaré (avec J.A.)