RMC

Rentrée scolaire: certains enseignants redoutent des différences importantes entre les élèves

Le gouvernement promet une rentrée "aussi normale que possible", avec des évaluations très rapidement pour faire le point sur le niveau des élèves. Certains enseignants redoutent de fortes disparités.

Rentrée particulière aussi pour les enseignants même si le ministère de l’éducation Jean-Michel Blanquer a promis que "pour l'essentiel" la rentrée scolaire serait "aussi normale que possible".

Enseignants, qui ne connaissent pas vraiment le niveau réel de leurs élèves après des mois de confinement, notamment dans les classes où les socles de connaissances sont très importants, comme le CP, le CE1 ou la 6e.

Caroline Chambron a tout prévu pour évaluer le niveau de ses nouveaux élèves de CP.

“Je leur lirai un texte de maternelle et ensuite, je vais leur poser des questions de compréhension et un exercice simple où ils auront à entourer les personnages de l’histoire”, détaille-t-elle. 

L'enseignante travaillera ensuite par petits groupes, voire même individuellement avec un élève, pour réduire les écarts avant la fin de l'année scolaire. “Ce que l’on ne sait pas, c’est ce qui a été fait à la maison, comment ça a été construit. Donc je vais reconstruire pour qu’à la fin tous mes élèves de CP soient au même niveau”, assure-t-elle. 

Des évaluations nationales à venir

D'ici 3 semaines, il y aura aussi les évaluations nationales imposées par le ministère et qui seront renforcées. Des évaluations inutiles selon Benjamin Grandener, le secrétaire pour le Rhône du syndicat SNUIPP-FSU.

“Si ça se trouve, le niveau scolaire des élèves trois semaines après la rentrée sera peut-être complètement différent puisqu’ils auront repris des habitudes de travail. DOnc il faut se détendre, arrêté le stress autour des évaluations et puis il faudrait que le ministère débloque des moyens”, ajoute-t-il. 

Pour les élèves de Caroline Chambron, la consigne est claire : ce sera Français et Mathématiques tous les jours, jusqu'aux vacances de la Toussaint.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours