RMC

Retour à l'école: une double charge de travail pour les enseignants à partir du 11 mai?

Frédérique Rolet du Snes-FSU s'inquiète de la faisabilité de faire cours à la fois aux élèves qui sont en classe, et à ceux qui resteront confinés à distance.

L'organisation compliquée d'une rentrée qui reste encore floue. Le chef de l'État a donné jeudi des précisions au sujet du retour des élèves dans les écoles à partir du 11 mai. Ce retour se fera sur la base du volontariat, et la priorité sera sans doute donnée aux "plus jeunes, ceux qui ne sont pas autonomes", ainsi qu'aux enfants "les plus en difficulté".

La rentrée sera "progressive, concertée avec les élus locaux et adaptée aux réalités locales", notamment en fonction de la taille des communes, a encore expliqué la présidence.

Mais en l'absence de données précises, l'organisation du travail pour les professeurs est compliquée. Comment assurer la reprise des cours pour les enfants qui reprennent le chemin de l'école tout en continuant de suivre ceux qui resteront à la maison?

"Je comprends les inquiétudes des familles tant qu'on a un discours aussi flou"

Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes-FSU, s'inquiète pour le contenu pédagogique après le 11 mai.

"La crainte, c'est qu'on demande aux enseignants de faire à la fois la classe physiquement pour ceux qui le pourront et aussi pour ceux qui ne seraient pas venus en classe pour diverses raisons à distance.
On souhaite que tout le monde puisse reprendre avant l'été mais je comprends les inquiétudes des familles tant qu'on a un discours aussi flou. Et il faut regarder qu'il n'y ait une double charge de travail pour les enseignants."

Selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info, près de deux parents d’élèves sur trois (64 %) affirment qu’ils n’enverront pas au moins un enfant en classe à la levée du confinement.

La rédaction avec J.A.