RMC

Seize départements "confinés": quels nouveaux départements risquent d'être reconfinés?

Saturation hospitalière, taux d'incidence inquiétants... D'autres départements pourraient basculer en "confinement".

Seize départements sont reconfinés depuis samedi, mais d'autres risquent eux aussi de basculer. Ce week-end, plusieurs membres du conseil scientifique ont estimé dans la presse que cette mesure va devoir s'étendre. 

Olivier Guérin, membre du Conseil scientifique, a déclaré à Nice Matin que "d'autres départements ou régions vont probablement entrer dans ce type de dispositif dans les quinze jours ou trois semaines qui viennent".

Dès jeudi, le Premier ministre Jean Castex avait d'ailleurs prévenu: "Les mesures que nous prenons dans les régions les plus impactées pourront être étendues si nécessaire à d'autres parties du territoire".

Aube, Rhône, Haute-Savoie...

Une quinzaine d'autres départements dépassent actuellement le seuil d'alerte de 250 cas de Covid-19 pour 100.000 habitants. Et pourraient faire l'objet de nouvelles mesures de restrictions.

C'est le département rural de l'Aube qui inquiète le plus avec près de 360 cas pour 100.000 habitants conjugués à une pression hospitalière élevée qui continue d'augmenter. Il en va de même pour le Rhône et la Haute-Savoie: hôpitaux saturés, contaminations en hausse, on y frôle les 300 contaminations pour 100.000 habitants.

>> A LIRE AUSSI - CARTE INTERACTIVE- Reconfinements locaux: comment calculer le rayon de 10 km autour de chez soi?

Moselle, Eure-et-Loire, Var...

Le variant anglais y représente environ 75% des cas. Certains départements sont à risque en raison d'une soudaine flambée épidémique, comme le Territoire de Belfort, avec 320 cas pour 100.000 habitants, c'était seulement 76 au début du mois, ainsi que l'Yonne, la Nièvre, ou l'Orne.

Mais il y a là encore un peu de marge en réanimation. Au contraire, dans d'autres départements, c'est la saturation hospitalière qui inquiète, elle dépasse largement les seuils d'alerte, 135% des lits de réanimation occupés en Eure-et-Loire, 120 % dans le Doubs, et autour de 110% en Moselle, dans le Var ou les Hautes-Alpes.

Aurélia Manoli (avec J.A.)