RMC

Sept bébés sont nés sans bras ou main en 5 ans: que s'est-il passé dans le village de l'Ain?

Illustration - Un bébé dans une maternité

Illustration - Un bébé dans une maternité - BFMTV

Le registre des malformations en Rhône-Alpes a enregistré un taux 50 fois plus élevé que la normale à Druillat, dans l'Ain, entre 2009 et 2014. Les causes pourraient être environnementales et non d’origine génétique ou suite à la prise d’un médicament ou d’une drogue.

Serait-ce un nouveau scandale sanitaire? En tout cas, ça y ressemble et il toucherait Druilllat, un village de 1200 habitants dans l’Ain.

Entre 2009 et 2014, sept bébés sont nés sans bras ou sans main dans un rayon de 17 kilomètres autour de ce village, selon un rapport du Remera (Registre des malformations en Rhône-Alpes). Un chiffre qui alerte puisqu’il équivaut à près de 50 fois à la normale.

A l’origine: l’alerte d’un médecin qui voit deux de ses patientes accoucher à la même période de bébés auquel il manque une main ou bien un bras qui ne s’est pas développé à partir du coude.

Pour le moment, les premières recherches n’ont pas permis d’expliquer ce triste phénomène. Cette malformation, dont le nom scientifique est "agénésie transverse du membre supérieur" ne serait pas d'origine génétique, ni imputable à un médicament ou une drogue. Rien d’anormal non plus dans la grossesse des mères et dans leur alimentation.

Seul dénominateur commun: une même zone rurale. Le coupable serait donc plutôt à chercher du côté de l'environnement. L'exposition des futures mamans aux pesticides et autres produits chimiques est en effet reconnue par l'OMS comme un facteur de risque pour les anomalies congénitales du fœtus.

Par conséquent, le Remera a donc demandé à Santé publique France, son organisme de tutelle, d'attribuer des moyens et des équipes dédiées à la recherche des causes de ces malformations dans ce milieu rural. Mais l'organisme a refusé. Pire: le Remera a vu ses subventions régionales divisées par quatre l'an dernier.

Claire Andrieux & J.V