RMC

Sexualité des jeunes: les applications de rencontre font-ils augmenter le nombre de partenaires?

-

- - Wikimedia Commons Santeri Viinamaki

Les dernières études sur le comportement sexuel des Français montrent qu'ils auraient 2 partenaires de plus en moyenne qu'il y a dix ans. Grâce aux nouvelles technologies ? C'est ce que semble penser le Dr Mimoun, gynécologue, invité de RMC ce mercredi matin.

L’agence Santé publique France lance une nouvelle campagne de prévention contre les violences sexuelles chez les jeunes en publiant des chiffres assez alarmants. Une fille sur dix aurait “cédé aux attentes de son partenaire” lors de son premier rapport sexuel, posant la question du consentement chez les jeunes. Chez les hommes le pourcentage reste inférieur à 6,9%.

Selon des chiffres de 2016, l’âge moyen du premier rapport sexuel en revanche reste stable: 17 ans pour les garçons, quelques mois de plus (17,6 ans) pour les filles. C’était sensiblement la même chose il y a 10 ans. En revanche, les raisons qui poussent à passer à l’acte sont différentes entre garçons et filles. Plus de la moitié des filles le font par amour ou tendresse envers leur partenaire. Alors que les garçons évoquent avant tout le désir sexuel.

C’est peut-être aussi pour cela que les hommes auraient davantage de partenaires au cours de leur vie. 14 en moyenne. Contre 6 chez les femmes. C’est 2 de plus qu’il y a 10 ans. Et cela pourrait s’expliquer par la multiplication des applications de rencontres.

"Une des particularité des jeunes, c'est aussi qu'ils sont timides"

Un chiffre extrapolable pour les jeunes ? C'est ce que semble penser le gynécologue Sylvain Mimoun invité de RMC ce mercredi matin.

"Il y a un lien entre les deux, tout à fait. Surtout maintenant comme ils tous leur application ils peuvent rencontrer plus facilement quelqu'un. Une des particularité des jeunes, c'est qu'ils sont aussi timides."

Les smartphones peuvent ainsi aider à faire un premier rapprochement, mais quid de la la timidité dans la vie non-virtuelle, ces applications ne produisent-elles pas l'effet inverse ?

"Ca peut inhiber davantage. Quand ils se rencontrent en vrai, ils se rendent compte que ce n'est pas la même chose. Mais le but du jeu de la vie, c'est est-ce qu'on se rencontre ou pas ? Si on se rencontre et qu'on est bien ne cherchez pas ailleurs, c'est ce que je dis à certains, surtout les garçons d'ailleurs. Un ado, globalement, a l'impression qu'il est dans un film. Et tant qu'il se voit dans le film et qu'il a l'impression de choisir son rôle, il se laisse porter."
Bourdin direct