RMC

"Si on doit faire leur toilette ou s'occuper d'eux, on met des gants": les auxiliaires de vie, indispensables pour les malades malgré le coronavirus

Impossible pour certaines entreprises de s'arrêter complètement. Par exemple, les auxiliaires de vie. Ces personnes indispensables qui rendent chez les personnes âgées ou handicapées pour prendre soin d'elles.

Malgré les conditions, elles continuent de travailler, avec beaucoup de précautions pour ne pas risquer de transmettre elles-mêmes le virus. Le pas pressé, Adélaïde, auxiliaire de vie, se rend chez Jean-Luc. Et avant de commencer quoi que ce soit, passage obligatoire par la salle de bain.

En ce moment, Adélaïde prend encore plus de précautions que d'habitude au niveau de l'hygiène: "Avec le coronavirus, on ne sert pas la main. Après, si on doit faire leur toilette ou s’occuper d’eux, on met des gants".

Jean-Luc est en fauteuil roulant. Il souffre de paralysie depuis sa naissance. Alors, coronavirus ou pas, il est heureux qu'on continue à lui rendre visite: "Ça ne m’inquiète pas plus que ça. Si ça m’arrive sur le coin de sa tête, tant pis. Du fait de mon handicap, j’ai besoin d’aide".

"Quand je dis que ce serait une crise sanitaire, je ne mâche pas mes mots"

Mais la directrice de l'agence d'aide à domicile Thérèse Lanquepin, qui emploie 200 personnes, s'inquiète avec la fermeture des écoles dans son département, de nombreuses salariées vont devoir rester chez elle pour s'occuper de leurs enfants et ne pourront pas venir travailler. 

"Franchement, mathématiquement, je n’ai plus de solution. S’il me manque 50% de mon effectif, pour ne pas dire 60 ou 70%, quand je dis que ce serait une crise sanitaire, je ne mâche pas mes mots, c’est une réalité".

La directrice a prévu d'écourter certaines visites ou d'annuler celles qui ne sont pas indispensables.

Mahauld Becker-Granier (avec C.P.)