RMC

"Tout le monde sait qu'on est fracassé, mais personne ne dit rien": le tabou des addictions sur le lieu de travail

Selon une étude de l'institut de sondage Elabe pour le cabinet GAE Conseil que l'on vous dévoile ce mercredi matin sur RMC, près de la moitié des salariés français souffrent de leurs addictions sur leur lieu de travail. Et la réponse en entreprise n'est pas forcément adaptée.

Alcool, tabac, drogue ou encore dépendance aux jeux vidéo... Près d'un salarié sur deux (44%) est fréquemment confronté à des pratiques addictives dans leur milieu professionnel. C'est qui ressort d'une étude de l'institut de sondage Elabe pour le cabinet GAE Conseil que l'on vous dévoile ce mercredi matin sur RMC.

Plus inquiétant, face à un collègue qui souffre d'addiction, 7 salariés sur 10 déclarent se sentir mal informés et ne pas savoir comment se comporter. Les malades se retrouvent ainsi isolés dans leur addiction.

"On est le seul à croire que les autres ne savent rien"

Nous avons rencontré d'anciens alcooliques qui s'en sont sortis, mais qui ont vécu des moments difficiles au sein de leur entreprise. Pendant plusieurs années, Guy est allé travailler chaque jour, parfois très alcoolisé, parfois même drogué, et autour de lui à l'usine, des collègues silencieux.

"On est le seul à croire que les autres ne savent rien, mais en fait tout le monde sait quand on est fracassé. Mais personne ne dit rien."

7 salariés sur 10 disent ne pas savoir comment gérer une situation pareille. Pourtant, Guy aurait eu besoin d'une écoute, peut-être de quelqu'un qui a déjà vécu son addiction.

"Quelqu'un qui puisse lui dire qu'il est malade et qu'il va falloir se soigner. Lui expliquer toutes les conséquences comme le risque de perdre de son travail, de perdre sa femme, de perdre ses enfants...", détaille Guy, qui aujourd'hui fait de la prévention contre la dépendance à l'alcool pour le mouvement "Vie Libre".

"Plus on les laisse isolés, plus la pathologie de la maladie avance"

Lui-même ancien alcoolique, Patrick Bouchard a créé un cabinet de conseil en milieu professionnel, et il est clair l'entreprise doit agir face aux addictions.

"Plus on les laisse isolés, plus la pathologie de la maladie avance. l'entreprise a sa part de responsabilité et peut en faire quelque chose."

Et à son niveau, le salarié peut aussi avec les bons mots, évoquer le sujet avec le malade.

"Il y a un vocabulaire à mettre en place. Si je vous dit que vous êtes alcoolique vous allez dire non. Si je vous dit que vous avez peut-être une relation difficile avec l'alcool vous allez me dire oui. Tout est là."

Selon Patrick Bouchard, le plus efficace dans tous les cas est de se tourner vers la médecine du travail.

Thomas Chupin (avec J.A.)