RMC

Troisième dose de vaccin: la France est-elle vraiment prête pour une campagne de rappel massive?

Le gouvernement pourrait envisager de généraliser la troisième dose alors que la France est touchée par la troisième vague de Covid-19. Mais le pays en a-t-il les moyens?

"Nous sommes bien entrés dans la 5ème vague", a assuré mardi après-midi Olivier Véran devant les députés alors qu'on recensait 30.000 nouveaux cas de Covid-19 en France ces dernières 24h. Un nouveau conseil de défense sanitaire doit se tenir ce mercredi à l'Elysée. Et il sera question de la troisième dose, le gouvernement va plancher sur un calendrier pour une campagne de rappel massive. "S'il faut revacciner tout le monde, la logistique suivra bien évidemment", assure le ministre de la Santé 

Qu'en est-il d'abord des stocks? "Nous avons les doses, il n'y a plus de problème d'approvisionnement", rassure Matignon. D'autant que contrairement au printemps, il n'y a qu'une dose à injecter". Ce que confirment les pharmaciens. Ils peuvent désormais commander autant de doses qu'ils le souhaitent.

Toujours 1000 centres de vaccination ouverts

Ce qui manque, ce sont les bras. "Au-delà de 2 millions de doses par semaine, nous ne pourrons plus suivre", confie le président de la Fédération des syndicats pharmaceutiques. Mais les pharmaciens ne sont pas seuls. Les médecins, les infirmiers et même les kinés peuvent aujourd'hui vacciner avec l'ARN messager.

Et puis il y a les centres de vaccination. Il en reste encore plus d'un millier sur tout le territoire. Seuls un tiers d'entre eux ont fermé leur porte, "et on peut les rouvrir", assure à RMC un conseiller du Premier ministre selon qui l'espacement de 6 mois nécessaire entre la deuxième et la troisième dose, empêchera quoi qu'il arrive l'encombrement.

>> A LIRE AUSSI - Covid-19: à l'école, les tests salivaires promis par le gouvernement se font rares

Pierrick Bonno (avec Guillaume Dussourt)