RMC

Covid-19: à l'école, les tests salivaires promis par le gouvernement se font rares

Pour lutter contre l'épidémie, le gouvernement avait promis de réaliser 600.000 tests salivaires chaque semaine dans les écoles, dans le cadre de sa stratégie de "tester, tracer, protéger". Mais sur le terrain, les parents d'élèves et les chefs d'établissement se heurtent à de nombreuses difficultés.

Huit classes fermées pour des cas de Covid-19 sur les 10 que compte son établissement: la rentrée a été chaotique, pour Catherine Da Silva, la directrice d'une école primaire en Seine Saint Denis: "Ça a été très compliqué de faire fonctionner l'école et pour certaines classes très compliqué d'avancer tout court puisqu'il n'y a pas eu d'enseignement avec des enfants qui sont enfermés chez eux, qui viennent et qui repartent. Ça n'avait plus de sens", explique-t-elle.

Et il aura fallu attendre trois semaines avant que des tests salivaires promis par le gouvernement arrivent dans son école: "On les a eus parce qu'on était sur le calendrier. Ce qui est bien dommage. Il faudrait qu'ils soient mis en place dès que les cas commencent à apparaître dans une école surtout quand on est face à un 2-3 cas. Ça permettrait d'endiguer l'épidémie", assure Catherine Da Silva, également représentante SNUIPP 93.

De son côté le ministère de l'Enseignement explique être surtout confronté au refus de certains parents qui ne souhaitent pas tester leur enfant, alors que les autorités avaient promis 600.000 tests salivaires chaque semaine dans les écoles. Un argument que rejette Rodrigo Arenas, le porte-parole de la FCPE, une fédération de parents d'élèves:

"Je trouve très curieux d'inverser la responsabilité sur les parents alors même que c'est la responsabilité du gouvernement d'accès à l'établissement. Ce n'est pas de la faute des parents s'il n'y a pas de capteurs de Co2 dans les salles de classe, pas de la faute des parents s'l n'y a pas assez de profs embauchés. Cela prive de scolarité des enfants. Le gouvernement ne fait pas le nécessaire pour que les enfants soient maintenus en classe", assure-t-il à RMC.

Dans son dernier avis, le conseil scientifique recommande notamment de renforcer le dépistage à l'école. Actuellement, 0,8% des classes de France sont fermées, et 28 écoles, sont également fermées soit 0,05% des établissement scolaires du pays.

>> A LIRE AUSSI - Conseil de défense sanitaire: ce que pourrait décider le gouvernement pour tenter d'enrayer la 5e vague

Margaux Bourdin (avec Guillaume Dussourt)