RMC

"Un coup oui, un coup non...": imbroglio sur une éventuelle réouverture des bars à Marseille

Situation étonnante à Marseille où les cafetiers et les gérants de bars ont cru qu'ils allaient pouvoir rouvrir mardi matin après avoir suivi les conseils de leurs représentants syndicaux.

Après la réouverture des restaurants à Marseille lundi, ce sont les patrons de bars qui ont eut un peu d'espoir mardi durant une journée à rebondissements. Après un rendez-vous en préfecture, le principal syndicat de la profession (UMIH) a communiqué dès lundi soir que les bars allaient pouvoir rouvrir en respectant les mesures sanitaires strictes en vigueur dans les restaurants.

Certains établissements Marseillais ont donc installé à nouveau des clients chez eux, sauf que la préfecture n'a jamais confirmé l'information. Et dans l'après-midi à même douché tous les espoirs, indiquant que comme à Paris, dans les zones écarlates, les débits de boissons, qui ne font pas de restauration, devaient garder le rideau fermé.

Les représentants de l'Umih, ont à nouveau rencontré le préfet mardi soir. Rien de concret n'est ressorti de cette rencontre. Selon l'Umih un nouvel arrêté devrait être publié ce mercredi pour clarifier la situation et confirmer la fermeture des bars.

"Un coup oui, un coup non..."

La journée de mardi a donc été particulièrement chaotique pour les patrons d'établissements. Le mètre a été ressorti pour installer les tables au pas de course. Après avoir entendu les représentants de sa profession, Malko a décidé de rouvrir son bar. "Il faut rester optimiste", positive-t-il. 

Quelques clients ont même eu le temps de s’arrêter, et puis dans l’après midi, changement d’ambiance. Malko vient d’apprendre que finalement la préfecture n’autorisait pas l’ouverture des bars.

"On a des masques pour ceux qui les oublient, on fait du ménage sans cesse, et ça suffit pas. Un coup oui, un coup non... J'ai un staff à gérer je leur dit de venir, puis de repartir..."

"Il n'y a rien de de pire que le stop and go permanant"

Beaucoup d’improvisation donc ici à Marseille, ce qui agace les professionnels, et l’ensemble du Conseil municipal, majorité comme opposition, représentée par Yves Moraine.

"Il y a deux caps, celui du confinement et celui où on maintient ouvert les lieux publics avec un protocole strict. Il n'y a rien de de pire que le stop and go permanant qui ne remplit aucun des objectifs ni sur la santé, ni sur l'économie."

Et selon le syndicat des restaurateurs, un nouvel arrêté pourrait à nouveau être publié ce mercredi.

Thomas Chupin (avec J.A.)