RMC

"Un peu plus de 3.000" classes fermées en France à cause de l'épidémie de Covid-19

"Nous nous attendons à ce que cela augmente ces prochains jours" a indiqué Jean-Michel Blanquer.

Au total, "un peu plus de 3.000" classes sont fermées en France à cause de l'épidémie de Covid-19, un chiffre qui représente à peine 0,5% des 540.000 classes du pays mais progresse de façon exponentielle, a annoncé Jean-Michel Blanquer lundi. Le ministre de l'Education nationale avait en effet indiqué mardi dernier devant l'Assemblée nationale que 545 classes étaient fermées.

"Nous nous attendons à ce que cela augmente ces prochains jours puis se stabilise, avant de redescendre, si cela suit la courbe que nous avons eue à chaque retour de vacances", a souligné Jean-Michel Blanquer. Le ministre a par ailleurs annoncé que "67% des 12-17 ans ont eu une dose et 54% sont complètement vaccinés" contre le Covid-19.

"D'ici la fin du mois, tous les élèves auront eu une proposition via leur établissement, et l'on espère dépasser les trois-quarts de vaccinés très vite", a-t-il ajouté, dix jours après la rentrée des classes. Pour celle-ci, le ministère a retenu le protocole sanitaire de "niveau 2" (sur 4) qui autorise tous les élèves à être accueillis en présentiel et leur impose le port du masque en intérieur, sauf en maternelle.

Un cas de Covid dans une classe en primaire entraîne une fermeture, comme en juin. En cas de contamination au collège ou au lycée, seuls les élèves cas contacts non vaccinés doivent s'isoler une semaine.

Sur RMC, Christian Bréchot, virologue, président du Global Virus Network, s'est lui aussi voulu rassurant:

"Je ne trouve pas cela très inquiétant, cela était à prévoir. Les mesures mises en place sont logiques. La solution n'est pas si mauvaise". Avant de confier: "Je pense que le pass sanitaire est logique et que l'on va vivre encore lui et que l'on va le garder un moment. (...) Il y a au moins 4 ou 5 variants sous surveillance et il y en aura d'autres. Il faut s'en inquiéter, mais jusqu'à présent, aucun n'a causé de problèmes majeurs. Il y aura toujours des variants, tant qu'il y aura une circulation du virus".
La rédaction de RMC avec AFP