RMC

Un téléphone retiré du marché: le portable est-il dangereux pour la santé?

Orange a récemment dû rappeler son téléphone portable Hapi 30 car il émettait trop d'ondes. Mais les autres modèles ne seraient pas tous réellement aux normes. Y-a-t-il un danger pour notre santé ?

Le téléphone portable est-il dangereux pour la santé ? Pour la première fois, un téléphone mobile doit être retiré de la vente parce qu’il émet trop d’ondes électromagnétiques. Il s’agit du téléphone Hapi 30 de la marque Orange. Les 90.000 utilisateurs ont été prévenus et se voient proposer un autre téléphone gratuitement, car celui-ci dépasse les normes autorisées.

Et ce n’est sans doute pas le seul, car on s’est rendu compte que quelque chose n’allait pas avec ce téléphone Hapi 30 grâce à un contrôle de l’ANFR, l’agence nationale des fréquences. Elle est chargée de mesurer notre exposition aux ondes électromagnétiques quand nous utilisons nos portables.

Assurez-vous que le DAS votre modèle ne dépasse pas les 2 w/kg

On parle de débit d’absorption spécifique, le DAS. Regardez bien sur la boîte de votre téléphone, le DAS doit obligatoirement être inscrit et ne pas dépasser 2 watts par kilogrammes. Il y a deux types de tests de la puissance de ces ondes. L’un au niveau de la tête et l’autre au niveau de la poitrine ou du ventre. On l’appelle le test tronc.

Et c’est ce test tronc que le téléphone d’Orange n’a pas réussi. Il a été mesuré à 2,1 watts par kilogramme, juste au-dessus de la norme européenne. 

Des tests vraiment fiables ?

Le problème, c’est que ces tests organisés par les constructeurs ne valent pas grand-chose. C’est un peu le même problème qu’avec le DieselGate. Les fabricants s’arrangent pour que leur téléphone passe les tests sans problème.

Sauf que, jusqu’ici, ces tests ne reflétaient pas vraiment la réalité. Pour le test au niveau de la tête, les fabricants ne peuvent pas tricher. Il doit être effectué téléphone collé à l’oreille, ce qui correspond à nos habitudes d’utilisation. Mais pour le test au niveau du tronc, jusqu’en 2016, il pouvait être effectué à une distance de 2 cm et demi du corps alors que la plupart du temps, nos téléphones sont collés à notre peau, rangés dans la poche de chemise ou du pantalon. Et même lorsque nous ne téléphonons pas, ils émettent des ondes.

"Les consommateurs ont été trompés (...) il faut prendre conscience que ça peut causer des soucis de santé"

En 2016, quand les conditions de ces tests ont été durcies, on s’est rendu compte que les tests effectués jusqu’ici par les fabricants étaient du grand n’importe quoi. Marc Azari et médecin, expert indépendant, lanceur d’alerte sur les expositions aux radiofréquences

"Non seulement ces seuils d'expositions sont faussés mais totalement trompeurs. Normalement, quand vous achetez un téléphone portable, on vous dit de faire attention au DAS. Mais entre les DAS réels et ceux affichés il y a des écarts de 30 à 50 fois plus grands. Les consommateurs ont été trompés. Il faut que les gens prennent conscience que ces ondes peuvent causer des soucis pour leur santé". 

En attendant, retenez que la plupart de nos téléphones dépassent en réalité les seuils: sur 250 000 portables vendus tous les ans 89% dépassent les seuils autorisés. En tout cas la plupart des modèles sortis avant 2016 comme le Nokia Lumia, l’Alcatel One Touch mais aussi le Samsung Galaxy S4 ou S6 ou encore l’iPhone 6 et 6 S, qui font partie de ceux qui émettent le plus d’ondes au niveau du tronc.

Matthieu Rouault