RMC

"Une fierté de partir sur mon temps libre": les soignants de la réserve sanitaire en renfort en Mayenne

La phase de tests massifs se poursuit en Mayenne où les infections au coronavirus avaient connu un frémissement ces dernières semaines.

Olivier Véran était en visite en Mayenne lundi où le coronavirus frémit. Le ministre de la Santé est venu soutenir le personnel hospitalier de Laval et les soignants mobilisés dans les centres de dépistage du Covid.

Le ministre s'est félicité de la baisse du taux de positivité du virus dans le département, qui est passé de près de 9% à 3%. Olivier Véran a rappelé que "la clé, ce sont les Mayennais qui la détiennent".

Pour permettre de réaliser la campagne de dépistage massive sur près de 300.000 personnes, deux nouveaux centre de dépistage ont ouvert lundi.

"On est en train de casser la courbe"

Des structures mises en place par la protection civile mais aussi grâce à du personnel soignant de la réserve nationale sanitaire qui vient prêter main forte pour accélérer les dépistages dans le département.

Anthony est infirmier à Rouen. Et lorsqu'il a été appelé pour prêter main forte en Mayenne à partir de ce matin, il n'a pas hésité. Membre de la réserve sanitaire, ce soignant de 23 ans renonce à sa dernière semaine de vacances, sans regrets.

"C'est une fierté de partir sur mon temps libre et mes vacances pour pouvoir renforcer les équipes sur place en donnant de ma personne reposée et prête à aider sur tous les fronts."

Cet infirmier va rejoindre l'un des 4 centres de dépistage, de l'agglomération de Laval pour y effectuer des tests PCR. Tester est une stratégie payante, pour Olivier Véran. Le ministre de la Santé s'est félicité de la baisse du taux de positivité du virus.

"Sur 100 tests que l'on faisait, il y avait 8 à 9 tests qui étaient positifs au virus au début, puis 5 puis 3. Ca veut dire qu'on augmente le nombre de tests. On en trouve moins proportionnellement. Ca ne veut pas dire que c'est derrière nous, mais ça veut dire que l'on est en train de casser la courbe."

L'objectif des autorités, à terme, est de pouvoir proposer un dépistage aux 300.000 habitants du département.

Alfred Aurenche (avec J.A.)