RMC

Une réouverture anticipée, mais des distanciations toujours imposées: un sentiment d'entre-deux pour les restaurateurs d'Île-de-France

Dès ce lundi, les restaurants et cafés peuvent accueillir les clients à l'intérieur des établissements. Cependant la distanciation sociale d'un mètre entre les tables est toujours de vigueur.

Les restaurateurs d'Île-de-France sont soulagés. Ils ont feu vert dès lundi matin, pour une réouverture anticipée de leurs établissements après trois mois de fermeture. Le ministère de l'Économie a toutefois confirmé dans la soirée que les mesures sanitaires sont maintenues pour l'instant.

Attablé dehors avec un café, Léon sera ravi de le prendre enfin sur le zinc. “C’est un bonheur. Les terasses c’est sympa mais c’est vrai que c’est aussi cool de pouvoir être à l’intérieur surtout en soirée quand il commence à faire frais, ça fait plaisir d’être dedans”, affirme-t-il. 

Audrey, elle, affirme qu’elle continuera de savourer une côte de boeuf-frites sur un bout de trottoir. 

“Je ne pense pas que quand ce sera autorisé dîner ou déjeuner à l’intérieur. Le système de terrasse permet quand même une distanciation que l’intérieur ne permettra pas… Prudence”, indique-t-elle.

Un protocole sanitaire trop strict ?

En salle, comme en extérieur, certaines tables devront être condamnés pour respecter une distance d’un mètre. Trop strict pour le restaurateur Bruno Doucet qui attendait beaucoup des annonces d’Emmanuel Macron, car il n’a jamais eu assez de place pour installer une terrasse. Il est déçu. 

“Je ne rouvrirai pas ce lundi. Tant qu’il y a l’histoire de la distanciation sociale, faire un tiers de notre salle, si on la remplie, ça ne sert à rien. On ne va pas générer suffisamment de chiffre d’affaire pour pouvoir payer nos loyers, nos personnels et la marchandise. Si on doit rouvrir dans ces conditions-là, je serai obligé de licencier du personnel”, affirme-t-il.

Le patron du Régalade Saint-Honoré souhaite que le protocole sanitaire impose moitié-moins de distance entre les clients pour servir comme avant soixante-cinq couverts.

Nicolas Traino avec Guillaume Descours