RMC

"Une vraie boucherie", des femmes portent plainte contre un fabricant d'implants mammaires

Trois plaintes ont été déposées ce jeudi pour "mise en danger d'autrui" à Paris et Marseille par des femmes porteuses d'implants mammaires texturés de la marque Allergan.

Des femmes portant des implants mammaires de marque Allergan, dont l'une souffre d'un cancer, ont déposé plainte à Paris et à Marseille pour "mise en danger délibérée de la vie d'autrui"

Parmi elles, Sophie qui a porté des prothèses mammaires pendant 19 ans. Aujourd'hui, elle a développé une maladie auto-immune qui attaque son corps. Pour elle, aucun doute, cette maladie est la conséquence de ses prothèses de la marque Allergan, qu'elle a fini par retirer en 2017: "On se retrouve avec des réactions auto-immunes qui attaquent mes cellules et mes organes. Pour moi, c'est une vraie boucherie. J'ai perdu confiance en le système médical et je ne suis pas un cas isolé".

"J'espère qu'il y aura un procès"

Le fabricant comme les autorités sanitaires connaissaient les risques mais n'ont rien fait pour empêcher la mise sur ce marché de ces prothèses dangereuses. C'est ce que dénoncent ces femmes. Trois d'entre elles ont porté plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui", Me Laurent Gaudon, l'avocat de deux d'entre elles: "J'espère qu'il y aura un procès. Ce qu'il faut, ce sont des condamnations exemplaires pour que plus jamais les fabricants ou les sociétés chargées de contrôler ces produits ou les agences de santé continuent à fermer les yeux. C'est l'épisode 2 d'un film d'horreur qui a commencé en 2010 avec PIP et dont la suite s'appelle Allergan".

Allergan a toujours défendu ses prothèses. Dans un communiqué, la société assure que le risque de maladie est très faible. La vente de ses implants mammaires a été suspendue fin 2018.

Nicolas Ropert avec Paulina Benavente