RMC

Va-t-on bientôt payer sans contact avec... une bague?

C'EST DEJA DEMAIN - Depuis le début de la crise sanitaire, le paiement sans contact connaît un énorme succès, il est même considéré par l’OMS comme un geste barrière. Les Français sont de plus en plus nombreux à payer avec une carte sans contact, un smartphone. Et demain pourquoi pas avec une... bague !

Le paiement sans contact est de plus en plus populaire, la crise a été un accélérateur technologique qui a fait prendre conscience à quel point c’était pratique. Dans l’UE, la part des paiements sans contact est passé de 30% l’an dernier à 65% depuis le début de la crise.

Mais en la matière on a encore rien vu. La prochaine étape, c’est peut-être ça : la bague de paiement sans contact, comme il y a des cartes de paiement sans contact. C’est une startup corse, Icare technologies, qui l’a mise au point (avec Philippe Starck), elle vient de sortir.

Le principe: j’arrive à la caisse, j’approche la bague du terminal de paiement, je touche l’anneau avec mon pouce, et c’est payé. Elle est équipée de la technologie sans contact NFC, comme beaucoup de cartes bleues –ça fonctionne sur tous les terminaux de paiement, au supermarché par exemple.

Totalement sécurisé: tant que je n’appuie pas sur la tranche de l’anneau avec mon doigt, la transaction n’est pas autorisée. Le but serait d’intégrer cette technologie dans des bagues plus traditionnelles de joaillier, plus de 70 modèles sont en cours de conception. En fait on peut intégrer ces puces nfc dans plein d’objets : bracelets, montres, porte-clés… Ce qu’on appelle des "wearables", autrement dit de l’électronique prêt à porter". Made in France en l’occurrence.

L’intérêt c’est qu’on va aussi pouvoir s’en servir pour remplacer sa carte de transports ou même comme clé pour ouvrir sa voiture

Potentiellement c’est une sorte de sésame numérique qui va remplacer mes clés, mon badge d’entreprise ou de salle de sport, ma carte de stade.

L’entreprise travaille avec des entreprises de transport public: dans certaines villes on peut s’en servir pour valider son titre de transport, des constructeurs automobiles.

Je vais pouvoir charger sur cette bague mes tickets de transport, des places de concert. On pourra s’en servir pour ouvrir ou démarrer sa voiture par exemple, ou même la porte de sa maison. Les voitures sont de plus en plus connectées.

Même chose à la maison avec les serrures connectées, qui commencent à se développer, qui permettent par exemple de se faire livrer quand on n’est pas à la maison. En approchant la main de la porte, je suis authentifié et la porte s’ouvre. Elle pourrait aussi être utilisée au travail pour badger dans son entreprise. Et même dans les forces de l’ordre, en la liant à une arme : le policier est le seul à pouvoir s’en servir.

L’étape d’après, ce serait de ne plus avoir besoin d’objet, ni smartphone ni bague 

C’est notre corps qui va servir à nous authentifier. Ce sera possible grâce à la biométrie, et là les expériences sont légion. Amazon teste le paiement par la paume de la main: vous arriverez à la caisse du supermarché ou pour acheter votre café, au lieu de sortir sa carte bancaire ou son porte-monnaie, il suffira de passer la main devant une borne, qui va la scanner, la prendre en photo instantanément, vous identifier, et débiter votre compte en banque

Sans contact, on va analyser la structure de la paume, et notamment les veines, qui sont un indicateur biométrique unique, comme les empreintes digitales. C’est aussi une illustration de l’importance de plus en plus grande de la biométrie: d’autres expérimentations utilisent la reconnaissance du visage, de la voix ou les battements du coeur.

Anthony Morel (avec J.A)