RMC

Vacances d'été compromises: "Des centaines de milliers d'emplois risquent de disparaître"

Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme, cabinet de conseil dans le secteur du tourisme, estime que la filière court à la catastrophe si la situation ne s'améliore pas.

On le sait, le gouvernement prévoit un déconfinement partiel à partir du 11 mai, mais pourrons-nous pour autant partir en vacances cet été ? Le Premier ministre a estimé dimanche qu'il n'est pas raisonnable d'envisager de réserver une maison, une place de camping ou un hôtel au mois de juillet ou au mois d'août en France ou à l'étranger. Un scénario catastrophe pour le secteur du tourisme.

"Est-ce que l'on peut réserver une maison, une location, une place de camping ou un hôtel au mois de juillet ou au mois d'août en France ou à l'étranger? Je crains qu'il ne soit pas raisonnable d'imaginer voyager loin à l'étranger très vite", a-t-il dit.

Didier Arino, directeur du cabinet Protourisme (cabinet de conseil dans le secteur du tourisme) annonce d'ores et déjà une perte de 35 milliards d'euros pour le printemps et l'été représente 50 milliards d'euros pour le secteur. Edouard Philippe a préparé les Français à des vacances d'été à l'ombre du coronavirus.

Pour Didier Arino, empêcher les français de partir en vacances ne serait pas une bonne solution. "Pour juillet-août si la situation ne s'améliore pas la perte pourrait dépasser les 40 milliards d'euros. Des centaines de milliers d'emplois risquent de disparaître."
Martin Juret (avec J.A.)