RMC

Vaccin: comment s'organise-t-on dans les déserts médicaux?

Les quelques centres de vaccinations du département sont parfois éloignés du domicile. Les autorités et les professionnels de santé tentent donc de tout faire pour faciliter l'accès à la vaccination pour les personnes âgées.

Les Français ne sont pas tous égaux face à la vaccination. Dans les zones de déserts médicaux par exemple, pas évident d’aller se faire vacciner. Comme en Mayenne, où près d’un habitant sur cinq vit dans une commune où l’accès à un médecin généraliste est difficile.

Ça ne l’enchante pas vraiment mais pour aller se faire vacciner, Jacques, personne à risques, n’aura pas le choix, il va devoir prendre la voiture. “De toute façon, déjà, si on veut trouver un médecin ou un praticien, on est obligé de se déplacer alors ça sera qu’une fois de plus”, indique-t-il.

Lui et les autres anciens du village devront aller à Mayenne, où se trouve le centre de vaccination le plus proche, à une vingtaine de kilomètres de là. Et ceux qui n’ont pas de voiture peuvent compter sur les autres comme Daniel, 82 ans. 

“J’emmènerai ma femme et deux autres personnes plus âgées que moi qui n’ont pas de moyens de locomotion. C’est indispensable que la solidarité se mette en place”, indique-t-il. 

La solidarité, mais aussi les associations. Des rouages sur lesquels le département va s’appuyer. Il va aussi accorder environ 100.00 euros d’aides supplémentaires pour les personnes dépendantes assure Olivier Richefou, le président du conseil départemental de Mayenne. “Nous allons rajouter une à deux heures d’aide personnalisée d’autonomie afin de permettre aux personnes qui ne peuvent pas facilement se déplacer d’être accompagnées par leur service habituel d’aide à domicile. Ils vont pouvoir leur demander de les accompagner pour se faire vacciner et ils les raccompagneront après. Et ça, ça va être pris en charge par le conseil départemental”, détaille-t-il.

Un manque de vaccins

Et ce fonctionnement, avec huit centres de vaccination répartis dans le département, était le seul moyen de toucher toute la population.

“Nos problèmes de démographie finalement ça a presque été un avantage parce qu’on s’est tous retroussé les manches. On sait très bien que chaque professionnel ne pourra pas prendre en charge ses patients. Le fait de mettre en place des organisations territoriales avec des centres de vaccinations où vont venir des médecins généralistes assurer des vacations, c’est ce qui garantis à tous les Mayennais de pouvoir venir se faire vacciner quand ils seront éligibles qu’ils aient un médecin traitant ou pas”, précise-t-il. 

Encore faut-il que les vaccins arrivent en Mayenne. Dimanche soir, la prise de rendez-vous a été suspendue pour les quatre prochaines semaines, car le département n’en recevra pas assez.

Martin Bourdin avec Guillaume Descours