RMC

Vaccination: pourquoi les géants de la tech s'en mêlent

C'EST DEJA DEMAIN - Prouver qu’on est vacciné pour pouvoir voyager, aller au restaurant ou au cinéma. L’idée du passeport vaccinal fait son chemin. Et les géants de la tech travaillent d’arrache-pied sur le sujet. Un passeport vaccinal numérique qu’on pourrait présenter via une simple application sur son smartphone.

Un passeport numérique pour prouver, depuis son smartphone, qu’on est bien vacciné et qui donnerait la possibilité d’embarquer dans un avion ou d’entrer dans un stade, une salle de concert ou un magasin. Voilà le projet sur lequel travaillent entre autres Microsoft, Oracle et Salesforce (moins connus du grand public mais qui sont des géants de la Silicon Valley).

Ils ont lancé il y a quelques jours un programme baptisé Vaccination credential initiative ("initiative d’identification vaccinale"). L’idée de base serait de permettre à n’importe quel individu qui s’est fait vacciner d’obtenir une version numérique et sécurisée –chiffrée- de son certificat de vaccination (où et quand ont été vaccinés, quel type de vaccin), qui pourrait notamment être stocké dans son smartphone, via une application, un "portefeuille numérique".

Et qu’on pourrait montrer, par exemple quand on veut voyager. L’idée serait que ce soit aussi simple qu’une application bancaire : très sécurisée mais en même temps facile d’accès. Pour ceux qui n’ont pas de smartphone, ça prendrait la forme d’un QR code, d’un code barre numérique imprimé qui pourrait être scanné pour prouver qu’on est bien vacciné.

Tout ça va sembler très orwellien aux yeux de beaucoup. Très intrusif. Pour d’autres c’est inévitable, avec cette idée en arrière-plan que seul un passeport vaccinal permettra un retour à la normale dans les meilleurs délais, en permettant par exemple aux salles de spectacle de rouvrir dans de bonnes conditions, ou aux vols internationaux de reprendre à peu près normalement.

Pas sûr que ça arrive en France. En tout cas pas dans l’immédiat

Pour l’instant, pas question d’un passeport vaccinal, numérique ou non. C’est ce que montrent les déclarations récentes des responsables politiques et sanitaires. Alain Fischer, le « monsieur vaccin » l’a dit clairement sur notre antenne il y a quelques jours : il n’y est pas favorable « pour des raisons scientifiques et éthiques » : le fait de couper la population en deux, en fonction de leur état à l’égard de la vaccination.

Et puis, dit-il, si on reçoit le vaccin en février, en l’état actuel des connaissances on n’est pas même pas sûr d’être encore protégé au mois de juillet, ce passeport serait donc selon lui une « fausse sécurité ». Mais l’avis des Français sur le sujet est plus nuancé. Sauf que le reste du monde ne nous attend pas, d’ailleurs, plusieurs expérimentations sont déjà en cours.

Aux Etats-Unis, à Los Angeles, le certificat vaccinal peut-être enregistré directement dans son iPhone, via Apple Wallet, pour prouver à une compagnie aérienne, une école ou autre qu’on est bien immunisé. On a aussi des passeports numériques non pas vaccinaux mais pour les tests PCR : plusieurs compagnies aériennes, United Airlines, Lufthansa, Virgin Atlantic, acceptent depuis le mois de décembre le CommonPass, un certificat numérique qui prouve qu’on a bien réalisé un test PCR négatif avant d’embarquer, et qui prend la forme d’une application mobile.

Aux Etats-Unis, la vaccination pourrait bientôt être gérée… par Amazon

C’est une blague qui revient souvent sur les réseaux sociaux : « donnez les vaccins à Amazon, eux au moins ils savent gérer les stocks ! ». Et finalement, pourquoi pas ? C’est en tout cas ce que propose très sérieusement Amazon dans une lettre envoyée à Joe Biden : mettre à disposition sa monstrueuse puissance logistique, ses entrepôts, sa puissance opérationnelle pour aider à vacciner 100 millions d’américains en 100 jours, promesse de campagne de Joe Biden.

"Nous sommes prêts à agir rapidement dès que les vaccins seront disponibles… Nous sommes préparés à vous faire profiter de notre expertise en matière d’opérationnel, de communication et d’informatique pour aider votre effort de vaccination. Notre taille nous permettra d’avoir un impact direct et significatif dans la lutte contre le covid".

Avec quand même une petite arrière-pensée. Que les 800.000 salariés d’Amazon soient vaccinés au plus vite. On attend avec impatience l’option « vaccin prime » qui permettra de se faire vacciner en moins de 24 heures.

Anthony Morel (avec J.A)