RMC

Victime de l'alcoolisation foetale, "il ne sera jamais autonome"

-

- - -

Une campagne de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale démarre ce vendredi. Un handicap irréversible dont souffre l'enfant que Françoise élève. Elle s'est confiée à RMC.

Françoise, 61 ans, est assistante familiale en Haute-Corse.

"Cet enfant a été placé chez moi tout bébé, à l'âge de quinze mois. Il a 13 ans et demi aujourd'hui, mais il est tout petit, il fait 40 kilos. Il faut toujours être derrière lui: pour qu'il se lave, pour qu'il s'habille, pour qu'il mange, se lave les dents… Tous les gestes de la vie quotidienne. Il ne peut rien faire tout seul, parce qu'il n'a aucun discernement. Il est capable, par exemple, de s'habiller à l'envers.

Il faut toujours lui prêter attention parce qu'il se met en danger facilement. Ne serait-ce que pour traverser une route, il faut toujours lui rappeler de regarder à droite et à gauche avant de passer. Constamment. Il est incapable d'évaluer où sont les dangers. Il pourrait suivre n'importe qui. Il ne sera jamais autonome, il ne pourra jamais vivre seul.

"Il ne pourra jamais vivre seul"

Ça ressemble beaucoup à l'autisme, même s'il n'est pas autiste. C'est toute la communication qui est altérée chez lui. Le lobe frontal est abîmé. Il est dans son monde. Il a la parole, mais il ne s'exprime pas comme un enfant de son âge. Il n'a pas pu apprendre à lire, à écrire. Il sait compter, mais faire des opérations, c'est très difficile. Et ça ne changera jamais. 

Il est très impulsif. Il ne fait pas la part des choses. Il ne fait pas la différence entre le bien et le mal. Il adore casser. Des bouteilles, par exemple. Si je me trouve dans un lieu où il y a des bouteilles, il va prendre les bouteilles et les casser. Sans se rendre compte qu'il peut se faire très mal, qu'il peut faire mal à quelqu'un d'autre. Pour lui, c'est un plaisir.

"Je ne voudrais pas qu'il agresse les filles plus tard"

Quand il était petit, il adorait jouer dans la litière du chat. Il prenait ses petites pelleteuses et il jouait au milieu des excréments. Ça ne le gênait pas. Il ne fait pas de discernement entre ce qu'il faut faire ou ne pas faire. On n'avait beau lui dire de ne pas le faire, pour lui, ça n'avait pas de conséquence. Il aime beaucoup les jouets. Quand on va chez quelqu'un, il va aller voir s'il y a des jouets dans une chambre sans demander la permission.

J'ai peur pour plus tard, au niveau de sa sexualité avec les filles. Je ne sais pas du tout s'il va être capable de respecter les règles. S'il a un jour une petite copine, je ne sais pas du tout comment ça va se passer. J'ai un peu peur, quand même. Je ne voudrais pas qu'il agresse les filles plus tard. C'est quand même un adolescent et je ne sais pas comment il pourra maîtriser ses pulsions sexuelles. Si il sera capable de les maîtriser. J'espère que oui. C'est un peu l'inconnu."

Le syndrôme d'alcoolisation foetale (SAF), c'est quoi?

Ce handicap mental, qui touche 800 nouveaux-nés par an, est la conséquence directe de la consommation d'alcool par la mère pendant la grossesse. Le SAF se manifeste par un retard de croissance, une dysmorphie faciale et des atteintes cérébrales (avec un possible retard mental plus ou moins grave).

Caroline Piquet