RMC

Tags antisémites sur la vitrine d'un Bagelstein: "C'est assez traumatisant" confie le fondateur de la marque sur RMC

Les gérants d'un restaurant Bagelstein, dont la vitrine a été taguée du mot "juden" ("juifs" en allemand) en jaune à Paris, ont déposé plainte.

"Traumatisant". Les gérants d'un restaurant Bagelstein ont découvert samedi matin avec effroi un tag antisémite sur une de leur boutique à Paris.

"C'est assez traumatisant pour nous et pour tout notre réseau. Pour nos familles aussi, c'est complexe. L'antisémitisme est ambiant et reste quelque chose d'assez constant. Aujourd'hui on est assez déçus, dégoûtés. Mais assez paradoxalement, mon associé et moi avons envie de nous moquer de ces gens-là qui ne savent pas écrire droit, qui utilisent l'allemand pour écrire", a raconté ce lundi matin sur RMC Gilles Abecassis, co-fondateur de la chaîne de sandwicherie.

"On n'est pas dans la politique"

Des attaques qui se sont répétées sur cette enseigne ces derniers jours. Selon nos informations dans la nuit de mardi à mercredi dernier, un autre tag avait été effectué sur la vitrine d’un Bagelstein de Paris à la bombe noire: "La pourriture juive se répand".

"Ça fait deux fois en l'espace de quelques jours alors que ça fait 10 ans que nous existons et que nous n'avons jamais eu ni un propos déplacé, ni un sous-entendu, ni quoi que ce soit sur l'enseigne. On vend de la nourriture, on est des vendeurs de sandwichs, on n'est pas dans la politique, on n'a rien à faire dans ce genre d'histoire", a-t-il aussi commenté.

Gilles Abecassis se refuse aussi à désigner un coupable alors que certains pointent du doigt les "gilets jaunes": "Des cons, il y en a dans toutes les communautés, je ne vois pas pourquoi il n'y en aurait pas parmi les 'gilets jaunes' ou ailleurs. Je ne pense pas qu'il s'agit d'eux mais c'est à la police de le déterminer".

Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour dégradations volontaires aggravées et provocation à la haine raciale, confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP), a indiqué dimanche une source judiciaire.

Alfred Aurenche avec Paulina Benavente