RMC

A Douai, Amazon lance un "jeu" pour dénoncer ses supérieurs: "C'est délatoire et inapproprié"

Le tract incite les employés à signaler les manquements à la sécurité qu'ils pourraient constater.

Le tract incite les employés à signaler les manquements à la sécurité qu'ils pourraient constater. - Délgation Cfdt Amazon

Dans son entrepôt de Lauwin-Planque (Nord), près de Douai, Amazon a lancé un "jeu" qui passe mal: dénoncer les mauvaises pratiques en termes de sécurité de ses supérieurs. Patrick Blervaque, délégué syndical CFDT sur place, critique une pratique "délatoire" et à double-vitesse. Pas de "jeu" pour les employés qui, eux, reçoivent lettres de sensibilisation et avertissements.

Patrick Blervaque, délégué syndical CFDT sur le site Amazon de Lauwin-Planque (Nord).

"Vendredi sur son site de Lauwin-Planque, Amazon a décidé de lancer un 'jeu'. Un 'jeu' qui en appelle à la délation des salariés à propos du manquement aux règles de sécurité des cadres et agents de maîtrise. Cela vise uniquement la hiérarchie, même si la communication qui en a été faite en début de poste a été d’en appeler à la vigilance de chacun sur ce que faisait l’ensemble des salariés.

Tract promouvant le "Safety fun game" lancé dans l'entreprise Amazon de Lauwin-Planque
Tract promouvant le "Safety fun game" lancé dans l'entreprise Amazon de Lauwin-Planque © Délégation Cfdt du site Amazon de Lauwin-Planque

Ça pourrait paraître bon enfant de prime abord, sauf qu’il y a un précédent. Des salariés ont reçu des lettres de sensibilisation pour manquement aux règles de sécurité, certains même des avertissements. Donc nous à la CFDT, on trouve un peu la mesure non seulement délatoire, mais en plus inappropriée. Puisque, d’un côté, on a les cadres et agents de maîtrise qui font l’objet d’un 'jeu' sur le manquement aux règles de sécurité, et de l’autre, on a les salariés qui eux sont, peut-être à juste titre, sanctionnés lorsqu’ils manquent à ces règles de sécurité chez Amazon.

"Des salariés subissent les conséquences de ces manquements"

Ce n’est pas tant qu’il puisse y avoir des conséquences qui est gênant. C’est qu’il puisse ne pas y en avoir. Il y a des salariés qui subissent les conséquences de ces manquements, et ici on en fait un jeu.

Ce n’est pas la première fois qu’Amazon met en place ce type de jeu, mais là où c’est embêtant, c’est qu’il n’y avait pas de lettres de sensibilisation les années précédentes, juste des petits rappels à l’ordre concernant les règles de sécurité. Mais cette année, il y a eu plus de 300 lettres envoyées aux salariés, sur 1.500 CDI. C’est quand même beaucoup, même si elles ne concernaient pas que les CDI et ont pu être envoyées à des salariés intérimaires.

Ça avait pris des proportions assez inquiétantes. La CFDT s’était d’ailleurs élevée contre ces lettres de sensibilisation, envoyés à une échelle industrielle. De fait, si les années précédentes ce petit jeu pouvait passer, cette année ça n’a plus la même saveur. Ce n’est plus du tout le même contexte.

On a déjà été entendus sur l'arrêt des lettres de sensibilisation, après une demande du syndicat. Par contre, sur le jeu, on ne pense pas que ce soit opportun de le continuer."

Propos recueillis par Liv Audigane