RMC

Aéroports: Clément Beaune veut "éviter les problèmes sociaux au maximum"

Invité des "Grandes Gueules" ce mercredi sur RMC et RMC Story, le ministre chargé des Transports Clément Beaune espère pouvoir éviter des mouvements de grève dans les aéroports français jusqu’à la fin de l’été.

Des dizaines de milliers de bagages "perdus". Début juillet, une grève à l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle a été à l’origine d’un énorme bazar pour les voyageurs. Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, souhaite qu’une telle situation ne se reproduise pas cet été.

"On a paumé 35.000 bagages. Ils ne sont pas paumés, ils n’ont pas été expédiés, explique-t-il ce mercredi dans ‘Les Grandes Gueules’ sur RMC et RMC Story. Je suis allé voir Air France et ADP (Aéroports de Paris). Je leur ai dit qu’on pouvait tous avoir un problème à un moment, mais qu’il fallait le régler. On m’a reproché d’avoir été trop optimiste parce que j’ai dit qu’au bout de cinq jours, ils avaient tous été réacheminés. C’est vrai qu’ils ne sont pas tous arrivés aux propriétaires. J’ai mis une grosse pression sur les compagnies aériennes et ADP."

Alors que des grèves impactent le trafic aérien en Europe, comme en Allemagne avec la compagnie Lufthansa qui a annoncé l’annulation de la "quasi totalité" de ses vols ce mercredi, Clément Beaune veut tout faire pour éviter des mouvements qui paralyseraient les aéroports français au mois d’août, en pleines vacances d’été.

"Je touche du bois mais il n’y aura pas de grève"

"Je me suis attelé à éviter les problèmes sociaux au maximum, parce que je ne veux pas qu’on ait un mois d’août comme ce qu’on a connu début juillet. Ça s’est amélioré depuis début juillet, souligne le ministre des Transports sur RMC. Je touche du bois mais il n’y aura pas de grève dans les grands aéroports français le week-end qui arrive, et j’espère les week-end qui suivent. Il n’y a pas de grève chez Air France, pas de grève chez Aéroports de Paris."

Même s’il n’y a pas de grève, il est toujours conseillé d’arriver à l’aéroport avec deux heures d’avance pour un vol national et trois pour un vol international. Car, comme d’autres secteurs, l’aérien doit affronter une pénurie de personnel. "Il y a eu des difficultés pour recruter les personnes qui font le contrôle des bagages, etc., parce que ça redémarre beaucoup plus fort qu’on le pensait, explique Clément Beaune. Il faut être honnête, il peut y avoir de l’attente."

LP