RMC

Ain: le préfet durcit les sanctions contre les grands excès de vitesse

-

- - -

Le préfet de l'Ain s'attaque aux très grands excès de vitesse. Les sanctions sont désormais doublées voire triplées pour les conducteurs qui vont trop vite.

Le préfet de l'Ain sévit contre les grands excès de vitesse. Dans ce département, 80% des accidents mortels ont lieu sur les routes secondaires. Désormais, les sanctions seront doublées voire triplées pour les conducteurs qui roulent bien au-dessus de la vitesse autorisée.

Joël Brunet, le maire de Château-Gaillard, en a fait la douloureuse expérience l'année dernière: "La vitesse excessive sur la RD904 a fait deux morts et un blessé grave. Le compteur était bloqué à 140 sur une des voitures, sur une départementale".

Soit un excès de vitesse de 50km/h. Aujourd'hui dans l'Ain, en plus des sanctions judiciaires, un conducteur risque jusqu'à 6 mois supplémentaires de suspension de permis, contre 2 à 4 dans d'autres départements. Une bonne mesure selon Eric Schietse, le délégué Auvergne-Rhône-Alpes de la prévention routière:

"Il faut frapper fort. Nous avons des actions de prévention, mais des gens qui sont sur de grands excès de vitesse sur des réseaux secondaires où les accidents sont très fréquents, on dépasse le cas de la prévention. Ce sont des messages que ces gens-là n'entendent plus. Et le seul moyen de leur faire entendre raison, c'est de passer sur l'aspect sanction".

Pour les Motards en colère, pas de vertu pédagogique

Julien Kerdoncuff, directeur de cabinet du préfet, prévient: "Derrière ces sanctions, ce n'est pas uniquement le droit de conduire qu'on suspend, c'est la possibilité d'aller travailler, d'avoir voir sa famille, d'emmener ses enfants à l'école donc il faut qu'ils en soient conscients s'ils prennent des risques inconsidérés".

Mais cette mesure n'aura aucun effet, estime Pascal Poupon, de la Fédération française des motards en colère: "La plupart des accidents sont liés au comportement des usagers et pas forcément à la vitesse donc là on va une fois de plus prendre des mesures ultra répressives pour un petit effet. Il n'y a aucune vertu pédagogique dans cette mesure".

En 2017, les gendarmes ont suspendu dans l'Ain en moyenne 5 permis par jour pour cause de très grand excès de vitesse.

Gwenaël Windrestin (avec P.B.)