RMC

"C'est un peu plus juste, mais...": les radars-tronçon sont-ils des nouvelles "pompes à fric"?

Des appels d'offre pour des radars-tronçon déplaçaples à volonté par les forces de l'ordre ont été lancés, selon "Le Progrès". L'idée peut faire polémique.

Ce sont des bijoux de technologie. Mais valent-ils le coût en terme de sécurité routière? Des nombreux Français ont sûrement déjà croisé les fameux "radars-tronçon" fixes, qui calculent la vitesse moyenne du véhicule grâce à un capteur situé à un point A puis un point B.

Cela permet de faire réduire la vitesse sur un tronçon de plusieurs kilomètres. Mais aussi de flasher beaucoup d'autres qui sont en infraction avec le code de la route et dépassent la limite autorisée.

"Cela participe à un meilleur état d'esprit qu'un radar simple qui vient flasher et surprendre"

Il y en aurait environ une centaine en France actuellement, et ce modèle de radars va être de plus en plus développé. Voire amélioré et déplaçable à souhait. Mais ça a un coût : 165.000 euros par radar, et 19.000 euros d'entretien annuel selon Le Progrès.

L'équipe d'Estelle Midi est revenue sur cette nouvelle alors que certains comme Daniel Riolo estiment que c'est du "racket". "C'est pour remplir les caisses", dénonce-t-il.

Pierre Chasseray, de l'association 40 millions d'automobilistes, revient avec un peu plus de précisions sur la question, avec un exemple sur des routes spécifiques.

"Cela participe à un meilleur état d'esprit qu'un radar simple qui vient flasher et surprendre. C'est un peu plus juste. Mais il y a un problème. C'est par l'exemple qu'on comprend le mieux. Sur la départementale qui contourne Vichy, la route passe à la fois dans l'Allier et le Puy-de-Dôme. Sur ces trois km, il y a des portions à 90 km/h et d'autres à 80. C'est piéger les gens."
La rédaction