RMC
Exclusivité

Carburant: Agnès Pannier-Runacher appelle Total à "augmenter les salaires"

Invitée d'"Apolline Matin" ce jeudi sur RMC et RMC Story, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher demande à Total d'augmenter les salaires pour mettre fin au conflit qui paralyse les stations-service.

C'est le message du gouvernement ce jeudi matin, après deux semaines de grève dans les raffineries et les dépôts de carburant. Comme le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire, Agnès Pannier-Runacher appelle Total à augmenter les salaires de ses employés.

"Total doit augmenter les salaires, assure la ministre de la Transition énergétique dans 'Apolline Matin' sur RMC et RMC Story. C’est le moment de mettre en place sa promesse. (...) J’appelle à l’augmentation des salaires parce qu’on en a besoin. L’inflation fait que les salariés ont besoin d’être augmentés aujourd’hui. Il faut que Total mette en œuvre ces augmentations, ils en ont les moyens."

Total propose un bonus d'un mois et 6% d'augmentation pour 2023

Total Energies a annoncé ce jeudi matin une proposition d'attribution d'un bonus d'un mois de salaire à tous ses employés. "Nous prenons nos responsabilités en termes de partage de la valeur en annonçant l’attribution à l’ensemble de nos salariés dans le monde d’un bonus exceptionnel correspondant à un mois de salaire qui sera versé en décembre, sous réserve d’accords salariaux dans les divers pays et filiales concernés. Le bonus exceptionnel, qui sera plafonné pour les salaires élevés, sera versé aux salariés de toutes les sociétés détenues à 100 % ainsi qu’aux salariés des sociétés détenues à plus de 50 % en cas d’accord de leurs organes de gouvernance", indique le groupe dans un communiqué.

Concernant les salaires sur l'année 2023, Total propose 6% d'augmentation. Mais les grévistes réclament 10%, comme l'a rappelé Philippe Martinez sur RMC-BFMTV: "Les salariés, partout en France, demandent des augmentations de salaire. Une négociation, ce n’est pas une annonce du PDG ou du directeur des RH. On se met autour de la table, on discute, on trouve une solution. Là (le bonus), ça s’appelle de la communication. C’est aux salariés (de répondre). Le conflit porte sur les augmentations de salaire. La revendication qui est sur la table, c’est 10%. Négocions ! Quand il y a un problème, au lieu d’envoyer les gendarmes chez les salariés, on discute."

LP