RMC

"Carlos Ghosn gagne 45.000 euros par jour et il veut encore frauder?": indignation à l'usine Renault de Flins

Accusé d'avoir dissimulé ses revenus au fisc, Carlos Ghosn, bâtisseur de l'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, est toujours en garde à vue à Tokyo. Les salariés de l'usine Renault de Flins sont écœurés.

L'arrestation de Carlos Ghosn, bâtisseur de l'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, a provoqué la stupeur au Japon, en France et dans l'ensemble du monde automobile, où l'on s'interroge sur les conséquences du scandale pour le groupe.

Accusé d'avoir dissimulé au fisc une part importante de ses confortables revenus, le dirigeant de 64 ans était toujours en garde à vue mardi dans un centre de détention de Tokyo au lendemain de son arrestation à la sortie de son jet privé.

A l'usine Renault de Flins, c'est la stupeur. Vincente ne décolère pas, son PDG Carlos Ghosn l’a trahi:

"C'est la cerise sur le gâteau. On se disait que c'était un bon parce qu'il faisait des embauches. En fin de compte, c'est un corrompu comme les autres. On fait 1.500 euros par mois, lui, il fait des millions par an et il arrive encore à gratter les ouvriers, à gratter les esclaves modernes. Ca donne envie de mettre un gilet jaune et de faire le bordel comme tout le monde".

"Les actionnaires vont enlever leurs billes"

En cas de départ de Carlos Ghosn y aura-t-il des conséquences sur le groupe et sur l’emploi? Sans aucun doute pour Vincente: "Les actionnaires vont enlever leurs billes. Ils ne misent pas sur un mec qui est corrompu".

Lundi, les actions du groupe Renault ont chuté de plus de 8 %. Pour autant pas d’affolement pour la CGT Renault assure Ali Kaya, son secrétaire général à l’usine de Flins:

"Les travailleurs continueront à fabriquer les voitures. Toute la question, c'est dans quelles conditions? Il y a 10.000 intérimaires sur le groupe Renault, qui sont au Smic. Quant à ceux qui sont embauchés, ça fait quasiment 10 ans qu'ils n'ont pas eu d'augmentation de salaire. Pourtant lui, il touche 45.000 euros par jour. Toucher autant d'argent et encore vouloir frauder, qu'est-ce que c'est que ce monde?"

Le groupe a convoqué son conseil d’administration en urgence. Un nouveau PDG pourrait être très vite nommé à la tête de Renault.

Romain Poisot (avec P.B.)