RMC

"Dashcams": pourquoi les caméras embarquées dans les voitures sont de plus en plus nombreuses

Les caméras embarquées dans les voitures sont de plus en plus nombreuses... Les assureurs et les constructeurs automobiles s'y mettent.

On les appelle les dashcam. Une petite caméra que vous collez sur votre pare-brise ou que vous placez sur le tableau de bord. Elle filme tous vos trajets. Si tout se passe bien, les images sont supprimées au fur et à mesure. Si vous avez un accident, son capteur gyroscopique va enregistrer le choc et enclencher une sauvegarde de la vidéo.

Il y en a plus de 370.000 en Europe, et 35.000 en France. Les ventes ont été multipliées par 13 en trois ans. Cela peut vous faire gagner de l'argent sur votre assurance auto. L'Olivier s'est associé au leader mondial des dashcams, NextBase, et propose à ses clients 10% de remise sur leur prime d'assurance s'ils sont équipés d'une caméra. D'après eux, le taux de sinistre chute de 10 à 15% grâce aux caméras, car les conducteurs sont plus vigilants. Plus possible de frauder ou de nier l'accident quand il est enregistré. Alors que les délits de fuite ont doublé en 15 ans.

Un marché de 5,3 milliards de dollars

A la fin du mois, le courtier A comme Assurance va, lui, baisser de 15% le montant des contrats auto pour les clients munis de dashcams. Axa le fait déjà en Grande-Bretagne et en Irlande.

Le marché mondial de ces caméras est estimé à 5,3 milliards de dollars. Une aubaine pour les constructeurs automobiles qui s'y mettent aussi. Citroën en installe sur les modèles C3 et C5 Crossback, pour 270 euros supplémentaires. La facture grimpe à 390 euros chez Renault. C'est une option, pas un accessoire en plus, elle est intégrée à la voiture.

Il faut compter entre 25 et 100 euros pour des entrées de gamme, et cela peut dépasser les 300 euros.

Anaïs Bouitcha