RMC

Fermetures envisagées de petites lignes SNCF: dans le Tarn, c'est l'incompréhension

Dans son rapport remis jeudi au gouvernement, Jean-Cyril Spinetta, ancien PDG d’Air France, préconise de supprimer des petites lignes qui coûtent cher et qui ne sont pas rentables. Entre Saint-Sulpice-la-Pointe et Mazamet, les usagers parlent d'"aberration".

Dans le Tarn, ces usagers veulent conserver leur "train-train" quotidien, contrairement à ce que propose l'ancien PDG d'Air France, Jean-Cyril Spinetta, qui a remis jeudi un rapport sur l'avenir du transport ferroviaire. Outre le statut des cheminots, ce dossier envisage la fermeture de certaines petites lignes, qui coûtent trop cher et ne sont pas assez rentables, selon le rapporteur. Parmi celles-ci, la liaison située dans le Tarn entre les communes de Saint-Sulplice-la-Pointe et Mazamet.

Thierry utilise ainsi tous les jours cette ligne et ne veut pas croire à son éventuelle suppression:

"Pour moi c’est une ineptie! Cette ligne vient juste d’être refaite, financée par le conseil régional. Donc, j’ai du mal à croire qu’on puisse sortir une telle aberration" explique-t-il sur RMC. 

"La cible principale, ce sont les usagers"

Si le rapport préconise de supprimer les lignes qui ont moins de 13 aller-retours par jour, cette ligne en compte 12. Mais les wagons sont souvent bondés plaide Cindy:

"On est debout des fois comme du bétail, il faut dire les choses comme elles sont. Non, cette ligne doit rester!"

Dès l'annonce des conclusions de ce rapport, les syndicats voient rouge. Julien Lassalle, représentant du syndicat Sud-Rail s’en prend directement au rapporteur:

"Je dis à monsieur Spinetta qu’il se trompe de cible. Je lui dis que c'est un rapport à charge qui vise uniquement à détruire le transport ferroviaire public. Il ne règle absolument pas les problèmes. C’est une attaque évidente contre les trains du quotidien. La cible principale, aujourd’hui, ce sont les usagers".

Selon le rapport Spinetta, la fermeture des petites lignes permettrait de réaliser plus d’un milliards d’euros par an d’économie à la SNCF.

Jean-Wilfrid Forquès et X.A