RMC

Grève à la SNCF: "Rien ne bouge et les coups tordus se multiplient"

Le ton monte entre la direction de la SNCF et la CGT. Ce jeudi, Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, dénonçait des "coups tordus" dans Bourdin Direct.

La CGT accuse la SNCF de vouloir discréditer le mouvement des cheminots. Mercredi, Le patron de la SNCF Guillaume Pepy a demandé mercredi des explications à la CGT, qui menace dans un courriel interne attribué à un de ses responsables parisiens de désorganiser complètement le service entre les jours de grève pour "faire plier" le gouvernement et la direction.

La CGT n'a pas tardé à répliquer en accusant, par la voix de son porte-parole Cédric Robert, la direction de "fouiller dans les poubelles de Facebook pour trouver des arguments visant à discréditer le mouvement des cheminots".

"C'est une logique du 19e siècle"

Ce jeudi dans Bourdin Direct, Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots, déplorait des "coups tordus:

"Rien ne bouge et les coups tordus se multiplient puisque nous avons appris que la SNCF va chercher dans les ateliers anglais pour remplacer les grévistes. Donc tous les coups tordus sont permis. Ce sont des ateliers anglais dans lesquels Eurostar a des personnels, et il y a eu un appel au personnel anglais pour venir remplacer les cheminots français en grève. C'est une logique du 19e siècle, faire venir des salariés extérieurs pour casser un mouvement de grève. On n'est pas trop dans la négociation annoncée par la ministre quand même".

En attendant, Laurent Brun, a redit la détermination des cheminots grévistes: "La balle est dans le camp du gouvernement. C'est un mouvement qui pourrait durer plus de trois mois. Le calendrier que nous donnons est un indicateur. Nous demandons au gouvernement de retirer sa réforme".

P.B.