RMC

Grève du 5 décembre: la CFDT va-t-elle finalement rejoindre le mouvement?

RMC
C'est l'une des rares organisations syndicales à refuser, pour l'instant, de participer à la grève qui doit démarrer le 5 décembre prochain.  Mais la CFDT-cheminots pourrait annoncer aujourd'hui qu'elle rejoint le mouvement de protestation, selon les informations d'RMC.

De la SNCF aux poids lourds, de la RATP à Air France, les appels à faire grève le 5 décembre contre la réforme des retraites s'accumulent dans le secteur des transports, augurant une situation difficile pour les usagers qui devront jongler entre covoiturage ou trottinette électrique. 

Si la CGT et FO sont en tête, la CFDT, elle, n'appelle pas à la grève. Mais elle n'exclut rien. La CFDT-Cheminots veut envoyer un avertissement au gouvernement: elle veut montrer que sa patience a des limites.

Jeudi matin, elle espère donc que le gouvernement fera des annonces fortes sur leur futur régime de retraite. Parmi les attentes de la CFDT: la "clause du grand-père", que la réforme s'applique seulement aux nouveaux embauchés et que les autres conservent leur régime spécial. Les cheminots attendent également des garanties sur la prise en compte de la pénibilité pour les nouveaux embauchés.

S'il n'y a pas d'annonce en ce sens, un syndicaliste prévient: il y aura dépôt d'un préavis de grève pour rejoindre le mouvement du 5 décembre. La centrale réformiste doit prendre sa décision jeudi après-midi à l'issue d'un bureau national.

Un préavis que la centrale s'engage à retirer dès que le gouvernement aura fait des annonces. Une manière de mettre la pression sur le gouvernement et le Premier ministre qui doit rencontrer les organisations syndicales en début de semaine prochaine.

Juliette Droz