RMC

Grève: plus de 350 km de ralentissements en Ile-de-France vendredi matin

RMC
La situation est beaucoup plus compliquée sur les routes autour de Paris au 2ème jour de grève contre la réforme des retraites.

La galère se poursuit. Mais pour combien de temps? Le trafic SNCF sera "encore très perturbé" vendredi par la grève contre la réforme des retraites, a annoncé jeudi la direction, en précisant que 90% des TGV seront annulés, ainsi que 70% des liaisons TER.

En région parisienne, la SNCF fera circuler "15% en moyenne" des Transilien (RER SNCF, trains de banlieue). Comme jeudi, il n'y aura aucun métro sur les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13, a indiqué la RATP dans un communiqué, tandis qu'un RER A sur deux et un RER B sur trois circuleront aux heures de pointe uniquement.

Conséquence: du monde sur les routes. Vendredi matin, vers 8h, il y avait donc 350 km de ralentissements en Ile-de-France provoquant de gros bouchons notamment en direction de Paris depuis l'Est et le Nord de la région.
Selon les courbes statistiques, cette situation est au-delà du niveau qualifié d'"exceptionnel" par Sytadin. Habituellement, la moyenne enregistrée se situe aux environs de 200 km de ralentissements.

Jeudi, au premier jour de la contestation et des perturbations, le trafic routier était resté très calme autour de Paris. Légèrement au dessus de la moyenne avant 07H00, il avait ensuite chuté à des niveaux très faibles pour flirter toute la matinée avec une petite vingtaine de km de bouchons seulement.

Hors événement extérieur (intempéries, grèves, manifestation, etc...), le record remonte au 8 octobre 2019 avec 628 km d'embouteillages comptabilisés peu après 9h. Le record absolu se situe lui à 739 km de bouchons atteints le 6 février 2018 en Ile-de-France peu avant 19h30 en raison d' abondantes chutes de neige.

Le trafic se concentre également autour des grandes villes comme sur la rocade bordelaise, l'A25 avant d'arriver à Lille, l'A64 toulousaine ou encore sur l'agglomération lyonnaise. 

Johanna Castelle