RMC

Grève SNCF: l'inquiétude des voyageurs face au risque d'annulation de trains pour les fêtes

La SNCF va publier ce mardi ses premières prévisions de trafic pour la fin de semaine à l'approche de Noël, alors que des préavis de grève des contrôleurs menacent la sérénité des voyageurs.

Y aura-t-il des trains pour Noël et le Nouvel An? Face aux grèves des contrôleurs SNCF qui touchent le réseau ces dernières semaines, la direction de la SNCF doit dévoiler ce mardi un plan de transport. L'objectif est permettre aux personnes concernées par d'éventuelles annulations ou reports de s'organiser au mieux.

Lundi, la CGT-Cheminots et Sud-Rail ont décidé de ne pas appeler à la grève des contrôleurs pour les week-ends du 25 décembre et du 1er janvier. Mais les deux premiers syndicats ont décidé de maintenir leur préavis afin de laisser à chacun la possibilité de se joindre ou non au mouvement. La CFDT n’a toujours pas fait connaître sa position tandis que l’Unsa-Ferroviaire a retiré son préavis dès vendredi, considérant que les propositions de la direction de la SNCF étaient "d’un très bon niveau".

Le 8 décembre, la SNCF a proposé d’augmenter la prime de travail des contrôleurs de 600 euros par an, ainsi qu’une indemnité supplémentaire de 600 euros bruts par an. Un premier week-end de grève, du 2 au 5 décembre, avait conduit la SNCF à annuler 60% de ses TGV et Intercités dans le Nord et Grand-Est.

"Il faut changer de travail et ne pas faire des grèves pour rien"

Mais face aux risques d'annulation, l'inquiétude règne chez les voyageurs qui ont prévu de prendre le train pendant les fêtes, comme nous avons pu le constater à la gare Saint-Lazare à Paris. Pour Léa, Noël, ce sera en famille au Havre... si tout se passe comme prévu. "C'est pas rassurant comme nouvelle (le préavis)", sourit-elle. Et si le train est annulé, pour elle, elle tentera de trouver un covoiturage, mais là aussi, les disponibilités sont très faibles.

Nicolas, lui, a bien une voiture, mais l'essence coûte trop cher, et le train n'était qu'un plan B à la base. Mais cet étudiant voit d'un très mauvais oeil ce mouvement de grève. "Ils ont toute l'année pour faire grève et c'est comme par hasard à Noël que ça se passe. C'est problématique, il faut changer de travail à ce moment-là et ne pas faire des grèves pour rien", enrage-t-il.

Avis totalement contraire chez Gaétan, qui soutient ces grèves. "Ils se battent pour leurs droits, les gens peuvent justement anticiper le fait qu'il y ait des grèves", assure-t-il, concédant qu'il n'a pas de plan B si la grève concerne son train.

"Un peu excessif de la part des contrôleurs", selon la FNAUT

Une situation qui révolte Bruno Gazeau, le président de la fédération nationale des associations d'usagers des transports (FNAUT).

"Ils ont le droit de défendre leur profession et de faire grève, c'est bien légitime. Mais ils ne sont pas obligés de le faire pour Noël, ils ont 365 autres jours pour négocier avec leur direction, je trouve que c'est un peu excessif de la part des contrôleurs", juge-t-il.

L'état du trafic chez Air France sera également connu ce mardi. Les hôtesses et les stewards sont appelés à cesser le travail à partir du 22 décembre et jusqu’au 2 janvier, à l’appel des syndicats UNAC et SNGAF.

Aymeric Dantreuille (édité par J.A.)