RMC

"J'ai pris un coup de matraque sur le crâne": Irène, qui manifestait jeudi à Paris, témoigne de violences policières sur RMC

TÉMOIGNAGE RMC – Irène, membre de l'UNSA-RATP manifestait jeudi à Paris. Elle a été violemment matraquée par des policiers alors qu'elle tentait de ramasser son téléphone tombé à terre. Elle souffre d'un traumatisme crânien et a plusieurs agrafes à la tête.

En fin de cortège, Irène voit des tirs de gaz lacrymogènes. Bousculée, son téléphone tombe. Sur la vidéo diffusée sur Twitter, on la voit ramasser son téléphone et prendre un coup de matraque sur le bras, elle tente à nouveau de le ramasser:

"J'étais de dos et je sens que je me prends encore un coup de matraque sur la tête au niveau du crâne. Le coup était tellement fort que je commence à voir un peu flou, à tituber. Je mets ma main au niveau de la tête et je vois que mes mains étaient en sang".

"Ca veut dire quoi? On ne peut plus manifester?"

Cette mère de famille est ensuite prise en charge à l'hôpital. Elle souffre d'un traumatisme crânien et a plusieurs agrafes à la tête. Irène ne comprend pas le geste du policier: "Quand le policier m'a dit 'comme ça vous ne reviendrez plus', ça veut dire quoi? On ne peut plus manifester? Je trouve ça très grave".

Des agissements également dénoncés par la France Insoumise. Manuel Bompard est eurodéputé, il était présent dans la manifestation:

"Ce sont des images insoutenables. Ceux qui donnent les ordres en particulier le préfet de police M. Lallemand, doivent rendre des comptes et démissionner. On ne peut pas accepter qu'on traite comme ça des manifestants dans notre pays".

Irène compte porter plainte ce jeudi avec le syndicat UNSA.

Romain Cluzel et Victor Joanin