RMC

"La SNCF joue le pourrissement": les vacances de Noël menacées par des grèves dans les transports

Plusieurs grèves à la SNCF mais aussi chez Air France pourraient perturber fortement les transports à l'occasion des vacances de Noël et des fêtes de fin d'année.

Une fois n'est pas coutume, des grèves dans les transports pourraient impacter les fêtes de fin d'année. À la SNCF et chez Air France, les négociations se déroulent afin d’éviter les mouvements sociaux pendant la période.

Plusieurs préavis de grèves ont néanmoins été déposés dans plusieurs entreprises et les négociations entre syndicats et directions ne semblent pas aboutir. Le collectif de contrôleurs de la SNCF ne laisse rien transparaître de ses intentions et a jusqu'à jeudi pour donner sa réponse. En attendant, les préavis couvrant les week-ends de Noël et du Nouvel An n'ont toujours pas été levés. C'est le cas notamment des aiguilleurs de la SNCF.

"1.400 euros par mois pour travailler en 3x8, le samedi et le dimanche..."

Et rien à voir avec la réforme des retraites à venir précise ce mercredi sur le plateau des "Grandes Gueules" le cheminot et syndicaliste Bruno Poncet: "Ce sont des préavis posés par des corps de métiers de la SNCF comme les aiguilleurs et avant eux les contrôleurs", assure-t-il, évoquant des conditions de travail qui se dégradent.

"Depuis le début de l’année, on explique à la direction qu’il y a besoin d’embauches. On leur refuse des congés, des repos et la SNCF n’écoute pas et joue le pourrissement. Les aiguilleurs sont payés 1.400 euros par mois pour travailler en 3x8, le samedi et le dimanche. Et personne ne veut venir", ajoute-t-il sur RMC et RMC Story

Des grèves qui pourraient exaspérer des Français, déjà en proie à l'inflation galopante et sous la pression d'éventuelles coupures d'électricité. "Les syndicalistes pourrissent la vie des Français", juge le restaurateur Stéphane Manigold. "Avant de se retrouver dans le noir et sans chauffage en janvier, les Français veulent encore pouvoir partir. Et là, les syndicalistes ratent une fois de plus l’occasion de ne pas faire grève et récupérer un peu de l’opinion publique", croit-il savoir.

"Pourquoi est-ce qu'en amont, la direction ne désamorce pas?"

À ce propos, Marie-Anne Soubré juge que la SNCF en joue. "La stratégie de la SNCF, c’est de monter les usagers contre les salariés. Une partie de ma famille va être impactée mais c’est comme ça", juge l’avocate.

"Ce que je vois, c’est que dès que je prends le train, il y a des problèmes. Le service est dégradé parce qu’il y a de moins en moins de monde dans les trains. Je comprends les revendications des salariés de la SNCF", ajoute-t-elle.

Marie-Anne Soubré s'étonne également de la stratégie de la direction: "Elle sait qu'à chaque vacances scolaires, il va y avoir des grèves. Pourquoi est-ce qu'en amont, la direction ne désamorce pas? Pourquoi il n’y a jamais de dialogue social et que la seule arme des salariés, c’est celle-là ? C’est peut-être la faute des patrons aussi", estime-t-elle.

Après les fêtes de fin d'année, la rentrée pourrait elle aussi être compliquée. À Paris, les syndicats du métro et du RER de la RATP prévoient une nouvelle grève en janvier.

G.D.