RMC

Laisser les maires installer des radars sans passer par le préfet: "C'est une solution de facilité, le gouvernement se dédouane"

Le ministre de l'Intérieur veut laisser la main aux maires pour prendre l'initiative de fixer des radars dans leur ville. "Ce n'est pas la solution à tout", regrette Yves Carra, porte-parole de l’Automobile club association sur RMC.

Gérald Darmanin veut "révolutionner" la sécurité routière en autorisant les maires à installer des radars fixes où ils le voudront dans leur ville, "là où ils les estiment utiles". Ils n’auront plus besoin d’avoir l’accord du préfet. 

Pour Yves Carra, porte-parole de l’Automobile club association, "si on comprend ce que dit Gérald Darmanin, cela veut dire que les radars sont la solution à la Sécurité routière. Nous, ce n’est pas du tout notre opinion. On s’occupe de la sécurité routière depuis plus de 120 ans et on est plus pour la prévention et la formation. Donc non, les radars ne sont pas la solution pour la sécurité routière. Parce que ça voudrait dire qu’en mettre partout permettrait de tout résoudre".

Pour lui, "s’ils ont l’autorisation de les mettre, il faut qu’il l’ait aussi pour les retirer. Parce qu’il y a plein de maires qui sont contre certains radars qui ne sont pas placés forcément au bon endroit. Le radar n’est pas la solution à tout même si ça serait bien si ça pouvait l’être".

"Redonner la main aux maires, ça ne changera rien"

Yves Carra espère que cette décision permettra aux habitants d'avoir leur mot à dire et puisse être acteur sur cette question de l'implantation ou non de radars dans leur ville.

"Redonner aux maires la main, ça ne changera rien. Ça serait surtout l’occasion de créer des commissions de sécurité routière qui existe dans pas mal de villes: on réunit tout le monde autour d’une table comme les associations de cyclistes, de piétons mais aussi évidemment d’automobilistes. Cette commission pourrait alors décider ou pas de mettre un radar ou une alternative. Ça serait donc les habitants qui décideraient".

"Avec les Gilets jaunes, de nombreux radars ont été vandalisés et la mortalité a baissé"

Il rappelle que "avant les radars, il y a beaucoup de choses à faire comme des radars pédagogique ou l’aménagement de la voirie". Surtout, les radars ne sont pas systématiquement liés à la baisse de la mortalité sur nos route.

"Est-ce que le radar est une solution de facilité pour le gouvernement ? Oui un peu: on met un radar et on se dédouane. Regardez, avec les gilets jaunes, de nombreux radars ont été vandalisés et la mortalité a quand même baissé. Cela prouve qu’il n’y a pas de corrélation. Il en faut, oui, mais si quelqu’un veut conduire trop vite et n’importe comment, ce n’est pas un radar de plus qui va le faire changer" a-t-il conclu sur RMC.
Maxime Trouleau